Social:

RSS:

App:

Radio Vatican

La voix du Pape et de l'Eglise en dialogue avec le monde

Autres langues:
Lire l’article Accéder au menu

Monde \ Politique

Le Hezbollah, nouvelle "puissance régionale" au Moyen-Orient?

Parade de soldats du Hezbollah à Tefahta au Liban, le 18 février 2017. - AP

22/02/2017 17:15

(RV) Entretien- Parvenir, enfin, à la résolution du conflit syrien : c’est ce vers quoi vont tendre les efforts des négociateurs, lors du nouveau round de pourparlers qui débute ce jeudi 23 février à Genève. Une nouvelle tentative qui intervient après de nombreux échecs. Sur le terrain, les combats s’intensifient. L’optimisme ne semble donc pas de mise.

La guerre en Syrie, qui entre dans sa 6e année, ce sont au moins 300 000 morts, des millions de réfugiés et déplacés, un pays exsangue et profondément meurtri. C’est aussi un champ de bataille complexe, où s’affrontent une multitude de protagonistes au service d’intérêts qui dépassent le simple cadre syrien…

Parmi ces protagonistes : le Hezbollah, allié indéfectible du régime de Damas, qui intervenait pour la première fois au grand jour, lors de la bataille de Qoussair, en 2013. Le « Parti de Dieu », malgré ses lourdes pertes en 4 ans de combat, semble avoir réussi à tirer son épingle du jeu. Son engagement militaire en Syrie, puis en Irak a consacré son statut de « puissance régionale » 

L’analyse d’Aurélie Daher, chercheuse à l’Université d’Oxford, au Royaume-Uni, spécialiste du chiisme libanais et iranien.

Des propos recueillis par Manuella Affejee

22/02/2017 17:15