Social:

RSS:

Radio Vatican

La voix du Pape et de l'Eglise en dialogue avec le monde

Autres langues:
Lire l’article Accéder au menu

Monde \ Science et Ethique

Italie : Polémique autour de l’application de la loi sur l’IVG

L'hopital San Camillo à Rome - ANSA

24/02/2017 12:57

(RV)  C’est une offre d’emploi qui dérange. L’hôpital de Rome «San Camillo», une structure publique, recherche deux gynécologues dont la mission sera de faire appliquer la loi dite «194», du nom du texte législatif qui autorise depuis 1978 l’interruption volontaire de grossesse dans le pays. Or cette offre d’emploi contourne l’objection de conscience, possibilité laissée au corps médical de refuser de pratiquer l’IVG.

Une annonce discriminatoire

La formulation de l’annonce constitue une première, et met mal à l’aise le milieu médical. Jusqu’ici, les centres de soins recrutaient des médecins respectant le devoir de réserve autour de cette clause de conscience. Autrement dit, le médecin était recruté indépendamment de ses convictions. Or l’offre d’emploi expose clairement la mission des gynécologues recherchés, et contourne adroitement, force est de l’admettre, l’interdiction faite d’imposer au médecin une mission contraire à ses convictions. En écartant de facto les candidats potentiellement objecteurs de conscience, l’annonce apparait discriminatoire.

Respecter la loi c’est respecter l’objection de conscience

L’association italienne « Science et Vie » soulève des possibles incompatibilités constitutionnelles, dans la mesure où l’hôpital demande aux candidats de renoncer à l’objection de conscience. La structure se réserve le droit de licencier le médecin si dans les six premiers mois de son contrat, il refuse de pratiquer l’IVG, ou de le changer de service, s’il fait valoir son objection de conscience au-delà de ce délai. Le Président de l’association Science et vie, Alberto Ambino, se déclare vivement préoccupé et rappelle que l’article 9 de la loi 194 sur l’avortement autorise le médecin objecteur à ne pas prendre part à une IVG. Si l’offre d’emploi de l’hôpital précise que les gynécologues embauchés devront faire appliquer la loi 194, cela implique, souligne Science et Vie, que l’article 9 de cette même loi, soit lui aussi appliqué.

(JCP/SB)

24/02/2017 12:57