Social:

RSS:

App:

Radio Vatican

La voix du Pape et de l'Eglise en dialogue avec le monde

Autres langues:
Lire l’article Accéder au menu

François \ Documents

Le Pape donne une interview à un journal de rue de Milan

Le dôme de Milan où le Pape se rendra le 25 mars - ANSA

28/02/2017 12:59

(RV) Les sans-abris, les migrants, sa prochaine visite à Milan : ce sont les principaux points abordés par le Pape François dans l’interview qu’il a accordée ce mardi 28 février 2017 à Scarp de’tenis, un journal de rue italien fondé en 1994 et appartenant à la Caritas Ambrosiana, la Caritas du diocèse de Milan. Le Pape est ainsi longuement revenu sur la manière dont nous nous comportons avec les gens de la rue. Il a reconnu ainsi qu’il était difficile de se mettre dans les souliers des autres. Xavier Sartre

Pas facile en effet de se mettre dans les souliers des autres à cause de l’égoïsme notamment, car il faut « avoir une grande capacité de compréhension ». C’est dire la difficulté devant laquelle nous sommes lorsque nous nous trouvons face à un SDF. « On peut voir un sans-abris et le regarder comme une personne, ou comme s’il était un chien. Et eux, ils se rendent compte de ces différentes manières de regarder », explique le Pape. Il faut donc, selon lui, « parler aux personnes avec une grande humanité, et non comme s’ils devaient nous rembourser une dette. Il ne faut pas les traiter comme de pauvres chiens ».

Il faut aussi aider ces personnes, car une « aide est toujours juste » affirme le Pape. Mais, donner l’aumône, ce n’est pas « jeter l’argent et ne pas regarder dans les yeux » : cela, « ce n’est pas un geste chrétien ». Pour bien faire l’aumône, il faut enseigner à « toucher », à « regarder une misère que j’ai en mon sein et que le Seigneur comprend et sauve. Parce que nous tous, nous avons des misères en notre sein ».

Autres exclus dont parle le Pape dans cet entretien : les migrants. François rappelle que l’on doit accueillir tous ceux que nous pouvons accueillir, c’est-à-dire que l’on peut « intégrer ». Par cela, le Pape entend donner un travail, un toit, apprendre la langue du pays d’accueil et respecter ses lois et sa culture. C’est ce qui est le plus difficile, reconnait-il.

 

Interrogé sur sa prochaine visite à Milan, le 25 mars, le Pape a reconnu avoir « un grand désir » de connaitre la ville et de rencontrer beaucoup de monde. (XS)

28/02/2017 12:59