Social:

RSS:

Radio Vatican

La voix du Pape et de l'Eglise en dialogue avec le monde

Autres langues:
Lire l’article Accéder au menu

Monde \ Politique

Italie : quel bilan 25 ans après l'opération Mains propres ?

Le magistrat milanais Antonio di Pietro dévoilera un système généralisé de corruption des politiques italiens à partir de 1992. - ANSA

03/03/2017 07:38

(RV) Entretien - Il y a 25 ans, la justice italienne mettait en lumière un gigantesque système de corruption généralisé de la classe politique dirigeante. L’enquête «Mani Pulite», «l’opération Mains propres» en français, a décapité d’un coup les partis politiques et provoqué l’effondrement de la toute-puissante démocratie chrétienne, du Parti socialiste et du Parti communiste.

À l’époque, un petit groupe de magistrats de Milan, emmenés par le juge Antonio di Pietro, met la main sur un pot-de-vin de quelques milliers d’euros, qui va, par un mécanisme de vases communicants, dévoiler un vaste système de corruption à tous les échelons de la vie politique. Les Italiens ont appelé ce scandale «Tangentopoli», «la ville des pots-de-vin».

Jean-Charles Putzolu a interrogé Jean-Louis Briquet, spécialiste de l’Italie. Pour ce Directeur du Centre européen de Sociologie et de Sciences politiques, l’enquête «Mani Pulite» a laissé des traces que l’on peut observer aujourd’hui encore, mais n’a pas abouti à l’assainissement que les Italiens pouvaient espérer.

(BH-JCP)

03/03/2017 07:38