Social:

RSS:

App:

Radio Vatican

La voix du Pape et de l'Eglise en dialogue avec le monde

Autres langues:
Lire l’article Accéder au menu

Vatican \ Activités

Retraite de Carême : regarder “avec un amour profond” Jésus crucifié

Le Pape et les membres de la Curie lors de l'adoration du Saint-Sacrement, le 5 mars 2017.

09/03/2017 18:07

(RV) Le Pape et les principaux responsables de la Curie romaine se rapprochent du terme de leur retraite à Ariccia. Ce jeudi 9 mars, le Pape s’est arrêté sur la mort du Christ. Une mort «réelle» et non pas «apparente», a insisté le père franciscain Giulio Michelini, qui prêche ces exercices spirituels de Carême.

Il faut savoir regarder le Christ crucifié «avec un regard d’amour», en prenant conscience «du sens de l’abandon que Dieu a éprouvé sur la croix», notamment lors qu’il crie «Père, Père, pourquoi m’as-tu abandonné ?». Le fait que le Père n’intervienne pas est «un élément embarrassant» dans ce récit de la mort de Jésus, a reconnu le prédicateur franciscain, estimant que cet appel sans réponse est tellement «scandaleux» qu’il aurait été impossible de l’inventer dans un récit de fiction. Le père Michelini a d'ailleurs remarqué que deux Évangiles sur 4, celui de Jean et celui de Luc, ne rapportent pas le cri de Jésus, «trop scandaleux».

Mais malgré cette situation terrible, le Christ n’a pas refusé «un geste d’amour» pour la guérison du fils du centurion. C’est aussi dans cette phase d’agonie que Jésus fait de Marie la «mère du disciple aimé, et donc la Mère de l’Église». Comme l’eau et le sang jaillissent du cœur transpercé de Jésus, l’amour du Christ jaillit jusque dans ce moment d’extrême souffrance et d’humiliation, pourtant absurde et incompréhensible en apparence.

Le père Michelini a donc invité à se demander si, en raison de «fermetures» ou par orgueil, on ne comprend pas les autres, non pas simplement parce qu’ils disent des choses obscures, mais parce que simplement «nous ne voulons pas comprendre». Il a enfin invité à chercher à comprendre si nous avons un «défaut» dans la communication avec les autres, en exhortant à «l’améliorer», en grandissant «dans l’humilité», et que l’on réussisse à «accueillir la présence de Dieu» aussi dans «les choses ordinaires du quotidien» ou dans le «regard de l’autre».

(CV)

 

 

 

09/03/2017 18:07