Social:

RSS:

App:

Radio Vatican

La voix du Pape et de l'Eglise en dialogue avec le monde

Autres langues:
Lire l’article Accéder au menu

Pour approfondir \ Femme Eglise et Société

Afrique : Le dilemme mariage-étude au cœur du débat le 8 mars

Défilé des femmes dans rues de Monrovia, au Libéria, le 8 mars 2017 - EPA

11/03/2017 13:25

Le mariage précoce est désormais considéré comme une forme de violence quel que soit le sexe de celui qui le subit.  Selon l’Unicef, la  coutume de marier les filles en bas âge est encore très répandue à travers le monde. Les raisons qui poussent les parents à marier leurs filles jeunes sont multiples ;  souvent, ils  croient agir pour le bien de leur enfant . Ainsi, les parents peuvent  penser que le mariage précoce protège leur fille contre les dangers de la violence sexuelle ou,  la confie aux bons soins d'un protecteur de sexe masculin. Le mariage précoce peut également être inspiré par la discrimination fondée sur le sexe. Il  a des conséquences graves dans les domaines de  l’éducation,  la santé,  la maltraitance fréquente dans les mariages d'enfants.  Ce thème a été au centre du débat organisé  mardi 7 mars à Bamako au Mali par le Groupe AllAfrica Global Media, entre les femmes africaines leaders dans plusieurs secteurs sociaux et les jeunes collégiennes de la capitale malienne, à la veille de la journée mondiale de la femme. Les détails avec Marie José Muando Buabualo :

Les femmes leaders ont, par ailleurs, encouragé les  filles à s'intéresser davantage aux sciences, à la technologie afin de s'ouvrir toutes les portes car, la réussite c'est d'abord la formulation d'un objectif ; la réussite c'est un état d'esprit  qui nécessite  d'être ouvert à son environnement. Les femmes leaders ont recommandé  aux collégiennes  de travailler par réflexe et par réflexion mais aussi d'avoir un mentorat, s'entourer de personnes charismatiques, utiliser le numérique pour s'informer et s'ouvrir au reste du monde.

11/03/2017 13:25