Social:

RSS:

App:

Radio Vatican

La voix du Pape et de l'Eglise en dialogue avec le monde

Autres langues:
Lire l’article Accéder au menu

Eglise \ Vie de l'Eglise

Au Bangladesh, l'Eglise s'inquiète de la loi sur le mariage des mineurs

Radha Rani s'est enfuit d'un mariage forcé lorsqu'elle avait 14 ans au Bangladesh - AFP

16/03/2017 17:21

(RV) Au Bangladesh, la nouvelle loi votée fin février 2017 par le Parlement autorisant le mariage d’enfants dans des « circonstances spéciales » continue de faire réagir. Le texte établit que l’âge pour se marier est de 21 ans pour les hommes et 18 ans pour les femmes : mais il abaisse le seuil pour les adolescentes qui ont été violées, ou qui sont tombées enceintes en dehors des liens du mariage. 

L’Église du Bangladesh a exprimé son indignation, rapporte l’agence Église d’Asie. La Commission « Justice et Paix » de la Conférence des évêques catholiques du Bangladesh a estimé que cette loi constituait une grave erreur. «J’attendais du gouvernement l’abolition du mariage d’enfants au Bangladesh. À l’inverse, avec la provision des « circonstances spéciales », le nombre de mariages impliquant des enfants va augmenter», a souligné Mgr Gervas Rozario, le président de la CBCV. 

Église d’Asie rappelle que de nombreuses ONG ont aussi dénoncé cette loi, ratifiée par le Président le 11 mars dernier. Le Bangladesh est le pays d’Asie qui affiche un nombre record de mariage de mineurs. Selon l’Unicef, près de la moitié des épouses ont moins de 18 ans au moment du mariage. 18% d’entre elles ont moins de 15 ans, ajoute Église d’Asie. 

(Avec Eglise d'Asie) 

16/03/2017 17:21