Social:

RSS:

App:

Radio Vatican

La voix du Pape et de l'Eglise en dialogue avec le monde

Autres langues:
Lire l’article Accéder au menu

François \ Activités

Angélus : le Carême propice à la rencontre personnelle avec Jésus

Le Pape François Place Saint Pierre pour la Prière de l'Angélus - REUTERS

19/03/2017 12:34

(RV) Le temps de Carême est propice à la rencontre personnelle avec le Christ, a expliqué le Pape François ce dimanche à l’Angélus reprenant l’Evangile du jour qui évoque la rencontre entre Jésus et une femme de Samarie. C’est le moment où Jésus et ses disciples traversaient cette région habitée par des gens que les hébreux méprisaient, car ils la considéraient schismatique et hérétique. Or il s’agit de l’une des premières populations qui adhéra à la prédication chrétienne des Apôtres. Le Pape s’arrête sur le dialogue entre Jésus et la Samaritaine. Jésus lui demande à boire, puis dans la conversation qui s’installe, la femme se rend compte qu’elle a devant elle le Messie, en personne. Fait rare, Jésus confirme ses soupçons : «Je le suis, moi qui te parle».

A la source de la Parole de Dieu

La Samaritaine se retrouve à la source de la Parole de Dieu, cette source dont jaillit de l’eau qui donne la vie éternelle et qui a été répandue dans nos cœurs le jour de notre baptême. Nous avons peut-être oublié que Dieu nous a transformés et remplis de sa grâce, «nous avons peut-être réduit ce grand don à un simple épisode de notre vie personnelle», dit le Saint-Père. Si c’est le cas, «alors nous allons à la recherche de puits qui ne désaltèrent pas et qui ne contiennent pas d’eau pure». Ce passage de l’Evangile de Jean est précisément pour  ceux qui connaissent déjà le Christ, mais qui ne l'ont peut-être  pas encore rencontré en personne, ni n’ont parlé avec lui. «Peut-être que nous ne l’avons pas encore reconnu comme notre Sauveur».  Ce temps de Carême est une occasion propice pour se rapprocher de Jésus, pour le rencontrer dans la prière, pour lui parler, et l’écouter. C’est aussi l’occasion de voir son visage dans le visage d'un frère ou d’une sœur souffrante, pour renouveler la grâce reçue du Baptême, pour se désaltérer à la source de la Parole de Dieu et de son Esprit Saint ; et ainsi découvrir également la joie de devenir artisans de réconciliation et instruments de paix dans la vie quotidienne.

(JCP)

 

19/03/2017 12:34