Social:

RSS:

App:

Radio Vatican

La voix du Pape et de l'Eglise en dialogue avec le monde

Autres langues:
Lire l’article Accéder au menu

Pour approfondir \ Méditation Dominicale

Méditation pour le 4ème dimanche de Carême

P. Adrien Lentiampa Shenge,SJ - RV

25/03/2017 16:47

Le Père jésuite Adrien Lentiampa Shenge nous introduit à la méditation avec les lectures du 4ème dimanche de Carême

(RV) Chers Frères et Sœurs,

Des lectures proposées à notre méditation en ce quatrième dimanche de Carême, nous pouvons tirer trois enseignements pour notre vie de foi. Il s’agit d’abord pour nous de comprendre que la rencontre avec le Christ est une rencontre qui transforme. En second lieu, il nous faut apprendre que cette rencontre ne nous épargnera pas de contradictions. Et, enfin, ces contradictions devraient nous permettre de manifester clairement notre adhésion en la personne du Christ.

En effet, l’évangile d’aujourd’hui part de la rencontre de Jésus avec l’aveugle-né. Ce qui me frappe dans ce récit, c’est le fait que cette rencontre semble fortuite : « Jésus sort du Temple, et il voit sur son passage un homme aveugle de naissance ». A noter que l’aveugle ne fait aucune démarche particulière, si ce n’est de se laisser rencontrer par le Christ. En ce temps de carême, nous avons là un premier enseignement : il s’agit pour nous de nous laisser rencontrer par le Christ, de lui exposer nos aveuglements.

Et parce que l’aveugle se laisse rencontrer par le Christ, il peut être recréé. Lui qui était né aveugle, peut maintenant voir la lumière du jour ; il est totalement transformé. C’est pour lui une nouvelle création ! C’est le sens même du geste que fait Jésus : comme au livre de la Genèse, il refait cet homme à partir de la boue. J’aime particulièrement le fait que cette boue est composée de la salive même de Jésus, mélangée à la terre… La vie nouvelle que commence cet homme est totalement liée à la vie même de Jésus, à son esprit, à son être que peut représenter cette salive.

Notons toutefois que ce renouvellement opéré par Jésus ne se fait pas sans la contribution de cet homme. Jésus lui demande d’aller se laver à la piscine de Siloé. Le temps de carême, c’est aussi le temps de purification. Et cette purification n’est pas seulement rituelle. En effet, si la rencontre avec Jésus transforme cet homme, cette transformation modifie son rapport au monde, aux autres et à celui qui l’a guéri. Cette transformation se manifeste clairement dans la liberté de cet homme devant les pharisiens et les chefs du peuple : alors que ses parents utilisent la langue de bois pour se tirer d’affaire, lui est prêt à dire ce qui le fait vivre. C’est en cela que se manifeste sa transformation.

Ceci rejoint parfaitement le message de la deuxième lecture de ce dimanche : « autrefois, vous étiez ténèbres ; maintenant, dans le Seigneur, vous êtes lumière ; conduisez-vous comme des enfants de lumière ». L’aveugle-né, parce que libéré des ténèbres par sa rencontre avec Jésus, devient capable de démasquer toute la mesquinerie des pharisiens. De même, nous aussi, parce que habités par la lumière du Christ, nous sommes appelés à ne pas prendre part aux activités des ténèbres ; mais plutôt à les démasquer. Ne l’oublions pas : la rencontre avec le Christ est toujours mission ; elle est envoi (comme le suggère le sens du mot « Siloé »).

Ainsi donc, chers Frères et Sœurs :

Tout comme l’aveugle-né, nous sommes appelés à nous laisser rencontrer par le Christ, à changer, à accéder à une foi personnelle ;  nous sommes appelés à une foi qui se forge dans notre relation à Dieu et se fortifie dans la confrontation avec les contradictions de ce monde. Comme cet homme illuminé par le Christ, ne nous laissons donc pas faire par tout ce qui nous empêche de vivre de cette lumière. Le Christ ne s’impose pas, mais nous provoque à travers les contradictions de ce monde, pour nous faire passer des ténèbres à son admirable lumière.

AMEN

(KS)

25/03/2017 16:47