Social:

RSS:

App:

Radio Vatican

La voix du Pape et de l'Eglise en dialogue avec le monde

Autres langues:
Lire l’article Accéder au menu

Monde \ Politique

L'Italie vote une loi pour protéger les enfants migrants

Deux enfants nigérians secourus au large de la Libye, en juillet 2016. - REUTERS

30/03/2017 17:56

(RV) Un nouveau naufrage hier en Mer Méditerranée: un canot parti des côtes libyennes a pris l’eau et ses 146 passagers sont portés disparus. Selon un rescapé gambien secouru et accueilli sur l’île de Lampedusa, plusieurs enfants et femmes enceintes se trouvaient à bord. Près de 600 migrants sont morts depuis le début de l’année au large de la Libye, selon l’Organisation internationale pour les migrations.

Dans le même temps, l’Italie s’active : le mercredi 29 mars, le Parlement italien a adopté une loi encadrant l'accueil des mineurs non-accompagnés. Ils sont des milliers à arriver dans le pays et sont souvent livrés à eux-mêmes.

Olivier Bonnel

Cette loi déjà validée par le Sénat a été adoptée hier par 375 voix contre 13 à la Chambre des députés, c’est un texte proposé déjà depuis 3 ans. Concrètement, la loi instaure des nouvelles procédures pour identifier les mineurs, vérifier leur âge et exiger leur transfert vers un centre d'accueil spécifique dans un délai de 30 jours après leur arrivée sur le sol italien.

Le nouveau texte promeut également la figure d’un tuteur et le placement en famille d'accueil et garantit à ces mineurs un accès aux soins et à l'éducation. Jusqu’ici les mineurs étaient placés sous la tutelle du maire de leur commune d'arrivée, souvent une ville portuaire mais le manque de législation et d’accueil adéquats les mettaient dans une situation particulièrement vulnérable.

L’an dernier, plus de 6000 mineurs ont disparu des centres d'accueil en Italie, le plus souvent pour rejoindre des proches dans le nord de l'Europe, et ont été à la merci des réseaux criminels et des trafiquants. Il y avait donc urgence pour l’Italie à prendre soin de ces jeunes migrants, qui représentent près de 15 % des arrivants selon le ministère italien de l’Intérieur.

Paolo Gentiloni, le chef du gouvernement italien s’est félicité d’un choix de civilisation, pour la protection et l'intégration des plus faibles.  L’Italie devient le premier pays d’Europe à prendre de telles mesures. De son coté, l’ONG Save the Children a évoqué un «jour historique», «les enfants migrants sont avant tout considérés comme des enfants».

(CV-OB)


 

30/03/2017 17:56