Social:

RSS:

App:

Radio Vatican

La voix du Pape et de l'Eglise en dialogue avec le monde

Autres langues:
Lire l’article Accéder au menu

Vatican \ Activités

Veillée de Prière du Pape François avec les jeunes

Le Pape lors de la veillée de prière samedi 8 avril 2017. - AP

08/04/2017 19:15

(RV) Le Pape François a participé samedi 8 avril au soir à une veillée de prière avec les jeunes de Rome et du Latium  en préparation au prochain Synode des Évêques en octobre 2018 qui sera consacré aux jeunes, à leur foi et au discernement vocationnel, Cette veillée était aussi une façon de célébrer la 32ème Journée Mondiale de la Jeunesse, dimanche, qui se déroule cette année au niveau diocésain après le grand rendez-vous de Cracovie l’été dernier et avant le prochain rassemblement mondial au Panama en 2019.

Une femme consacrée heureuse

Plusieurs témoignages ont ponctué la veillée dans la Basilique romaine de Sainte Marie Majeure. Celui d’une jeune franciscaine, Marialisa, une religieuse «heureuse d’être une femme consacrée». Cette joie, elle la transmet à la tribune, par son sourire et son enthousiasme alors que toute petite, elle trouvait que les gens qui fréquentaient les églises étaient «ennuyeux». Après une vie tourmentée, Marialisa dit s’être sentie tout de suite accueillie par sa communauté franciscaine, avec laquelle elle vit pleinement sa vocation. Elle vit aujourd’hui près de Reggio Calabria où elle s’occupe de jeunes en difficulté. «Je remercie ces enfants me rappellent chaque jour sans le savoir l’importance de se remettre question, et qu’au centre de tout il y a toujours un être humain. Ils me rappellent sans cesse que la seule règle valable est la loi de l’amour».

Un cœur dévasté par un séisme

Puis, après une lecture de l’évangile et un chant, vient le tour d’un jeune homme de 24 ans, Pompeo. Bouleversé par un événement qui a définitivement marqué sa vie. À 8 ans, en 2002, au beau milieu d’une matinée de classe, un violent tremblement de terre provoque l’effondrement de son école. En quelques secondes, il se retrouve prisonnier des décombres, avec de nombreux élèves de sa classe. Pompeo raconte qu’il est resté trois mois entre la vie et la mort. À son réveil, il apprend que 27 de ses compagnons de classe et son institutrice n’ont pas survécu. Pompeo se pose des questions: «Pourquoi eux sont-ils morts, et pas moi ?». Pompeo ne marche plus. Depuis le tremblement de terre, il se déplace en fauteuil et pensait en avoir fini de souffrir. Mais à 18 ans, il doit être dialysé. Une nouvelle question le tourmente «Pourquoi m’as-tu sauvé à 8 ans si c’est pour me faire souffrir encore ?», demande-t-il à Dieu. Pompeo a subi un greffe et a reçu le rein de son père. Il ne veut rien changer de cette vie toujours prête à le surprendre. Sa vie en fauteuil lui a enseigné à apprécier la beauté des petites choses. Aujourd’hui Pompéo a un rêve: participer aux jeux paralympiques.

Écouter la voix des jeunes et leurs idées

Ces témoignages ont été attentivement écoutés par tous, y compris par le Pape qui a attentivement pris des notes. François a d’ailleurs souligné dans son homélie combien pour le collège épiscopal, l’écoute allait être au centre de la préparation du Synode des Evêques sur les jeunes : «Au cours du Synode, l'Église, toute l'Église, veut entendre les jeunes: ce qu'ils pensent, ce qu'ils ressentent, ce qu'ils veulent, ce qu'ils critiquent et ce qu'ils regrettent. Tout. L'Église a besoin d'un nouveau printemps et le printemps est la saison des jeunes».

Le Pape a insisté sur la nécessité qu'aucun jeune ne soit «exclu» de cette écoute et de ce Synode, un synode par et de «tous» les jeunes. «Même les jeunes qui se sentent agnostiques, interroge-t-il? Oui. Même les jeunes qui ont une foi tiède? Oui. Même les jeunes qui sont éloignés de l'Église? Oui. Même les jeunes qui se sentent athées? Oui. Ce Synode est celui des jeunes et nous voulons tous les écouter.»

François a également adressé plusieurs questions aux jeunes. D'abord celle, déjà posée aux JMJ de Cracovie, de sortir de leurs divans, de prendre des risques, de se mettre «en chemin», comme les deux témoignages l'ont indiqué. Comment? C'est là l'autre question du Saint-Père aux jeunes: en écoutant leurs grands-parents, les personnes âgées. «Fais-les rêver et prends leurs rêves pour aller de l'avant, pour prophétiser et pour rendre concret cette prophétie», a demandé directement le Pape à chaque jeune. «Voilà votre mission aujourd'hui, voilà la mission que vous demande aujourd'hui l'Église». À Panama, le Pape leur reposera cette question a-t-il promis.

(JCP-SBL)

08/04/2017 19:15