Social:

RSS:

App:

Radio Vatican

La voix du Pape et de l'Eglise en dialogue avec le monde

Autres langues:
Lire l’article Accéder au menu

Monde \ Société

7 millions de personnes menacées de famine autour du lac Tchad

José Graziano da Silva, le directeur général de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (fao), en visite au Nigeria le 7 avril 2017. - REUTERS

11/04/2017 19:30

(RV) Sept millions de personnes «risquent de souffrir gravement de la faim» dans la région du bassin du lac Tchad, a prévenu mardi 11 avril 2017 José Graziano da Silva, le directeur général de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), qui appelle la communauté internationale à agir de manière urgente. S’il estime que «la paix est une condition essentielle» dans une région meurtrie par les conflits, il prévient que la crise n’est pas seulement «humanitaire», mais aussi «écologique». «Elle a pour cause des décennies de négligence, une absence de développement rural et les effets du changement climatique», selon lui.

La région doit gérer l’arrivée de millions de déplacés au moment où les sécheresses se multiplient et où le Lac Tchad s’amenuise. Depuis 1963, il aurait perdu 90% de sa masse d’eau, mettant en danger la sécurité alimentaire, la pêche et les systèmes d’irrigations pourtant nécessaires aux activités agricole dont dépendent les populations.

De retour d’une visite dans les zones les plus touchées du Tchad et du Nord-est du Nigéria, José Graziano da Silva demande une assistance alimentaire immédiate mais également un appui à la production à travers des investissements durables. Il s’agirait d’adapter les pratiques agricoles aux effets du changement climatique et à la rareté croissante de nombreuses ressources naturelles, comme l’eau et la forêt. La FAO n’a pour l’instant rassemblé que 12,5 des 62 millions de dollars indiqués dans le plan de réponse humanitaire pour le Nigéria.

(SBL, avec FAO)

11/04/2017 19:30