Social:

RSS:

Radio Vatican

La voix du Pape et de l'Eglise en dialogue avec le monde

Autres langues:
Lire l’article Accéder au menu

Monde \ Politique

La loi sur le blasphème de nouveau en question au Pakistan

Manifestants condamnant la mort de Mashal Khan - REUTERS

19/04/2017 15:35

(RV) Entretien - Au Pakistan, l’effroyable lynchage d’un étudiant le jeudi 13 avril 2017, dans la ville de Mardan, dans le nord-ouest du pays, continue de susciter une très vive émotion. Pris à partie pour ses « idées libérales et laïques», accusé de « blasphème », Mashal Khan, 23 ans, a été frappé par une centaine d’étudiants dans un dortoir de l’université, avant d’être jeté du deuxième étage du bâtiment. La police a procédé à plusieurs arrestations, et samedi 15 avril, huit Pakistanais ont été inculpés pour « meurtre et atteinte à l’autorité de l’État ».

Cette nouvelle affaire montre encore une fois combien la question religieuse s’avère sensible au Pakistan, pays où la critique de l’islam est passible de mort, et où la fameuse « loi sur le blasphème », héritée de la période coloniale, est devenue un outil politique de répression des minorités.

Les autorités ont à plusieurs reprises montré une timide volonté de lutter contre les violences liées à des accusations de blasphème, mais force est de constater que les résistances sont fortes. Manuella Affejee revient avec Régis Anouil, rédacteur en chef d’Églises d’Asie sur ce problème

(XS-MA)

19/04/2017 15:35