Social:

RSS:

App:

Radio Vatican

La voix du Pape et de l'Eglise en dialogue avec le monde

Autres langues:
Lire l’article Accéder au menu

Eglise \ Vie de l'Eglise

Philippines : l'Église amorce un dialogue avec la présidence

Un prêtre philippin bénit une famille dont l'un des membres a été tué dans le cadre de la répression anti-drogue. - AFP

21/04/2017 17:17

(RV) Selon l'agence Églises d'Asie, liée aux Missions étrangères de Paris, le président de la Conférence des évêques catholiques des Philippines a rencontré début avril plusieurs membres du cabinet du président Rodrigo Duterte. Une rencontre informelle pour tenter, officiellement, d’apaiser les tensions, dans un contexte de relations dégradées entre le pouvoir et l’Eglise catholique sur fond de guerre antidrogue meurtrière et volonté de rétablir la peine de mort.

« Il y a des sujets sur lesquels subsistent des désaccords de principe, pour autant nous ne devrions pas laisser ces divergences nous empêcher de coopérer », a déclaré à la télévision Mgr Socrates Villegas, quelques jours après cette rencontre. Selon les sources du quotidien philippin The Inquirer, y figurait notamment le ministre de l’Intérieur Ismael Sueno. Entretemps, ce dernier a été congédié par le président Rodrigo Duterte, qui l’accuse de corruption.

Depuis l’arrivée au pouvoir de Rodrigo Duterte il y a bientôt un an, l’Eglise catholique des Philippines est vent debout contre la campagne gouvernementale antidrogue, qui a causé la mort de près de 8 000 personnes en huit mois, selon le décompte des médias locaux. Dans le principal pays catholique d’Asie, le clergé s’oppose également à un projet de loi adopté par les députés en mars pour rétablir la peine de mort. Certains évêques se sont publiquement exprimés en faveur de la destitution du président Duterte suite au lancement par un député de l’opposition d’une procédure en ce sens.

Cette rencontre intervient au moment où l’administration Duterte espère, sans cesser les opérations policières antidrogue, renforcer sa politique de réhabilitation avec davantage de centres de désintoxication. L’Église catholique propose déjà des programmes en ce sens. En cachette, des paroisses opposées à une campagne gouvernementale jugée sanglante accueillent ceux qui sont menacés de mort à cause d’une accusation de consommation de drogue.

«Les propos de Mgr Socrates Villegas, président de la Conférence épiscopale philippine, selon lesquels les évêques sont prêts à discuter d’une potentielle collaboration avec l’administration de Rodrigo Duterte constituent un geste bienvenu», a réagi officiellement le porte-parole présidentiel Ernie Abella. «Nous notons bien que les déclarations de l’Eglise catholique ne sont pas "contre le président" mais contre certaines de ses politiques», a poursuivi le porte-parole de la présidence, avant de souligner que «les luttes de pouvoir entre l’Eglise et l’Etat appartenaient à un passé lointain».

Élu en 2016, le président Rodrigo Duterte avait multiplié les attaques verbales contre l'Église catholique, accusée d'entretenir la surpopulation et la misère en raison notamment de son opposition à la contraception. La lutte féroce engagée par le pouvoir contre les trafiquants de drogue, qui donne lieu à de nombreuses exécutions de rue par la police et par des escadrons de la mort, est également un point de conflit majeur entre le président et l'épiscopat. 

(CV-Églises d'Asie)

 

21/04/2017 17:17