Social:

RSS:

App:

Radio Vatican

La voix du Pape et de l'Eglise en dialogue avec le monde

Autres langues:
Lire l’article Accéder au menu

François \ Homélies à Sainte Marthe

Messe à Sainte Marthe : «prions pour aider les rigides à grandir sur le chemin de la douceur»

Le Pape François lors de la messe célébrée en la chapelle de la maison Sainte-Marthe au Vatican - AFP

05/05/2017 16:08

(RV) Le Pape François a développé, ce vendredi 5 mai 2017, lors de la messe célébrée en la chapelle de la maison Sainte-Marthe au Vatican, une réflexion sur la rigidité. Il y a aujourd’hui au sein de l’Église des personnes qui utilisent la rigidité pour couvrir leurs propres péchés, a observé le Saint-Père, invitant à prier pour «les rigides, aujourd’hui».

Commentant la première lecture, tirée des actes des Apôtres (9, 1-20), le Pape a souligné que Saul était un «rigide, idéaliste» et «convaincu» mais qu’il était «honnête». «Il croyait et agissait». En revanche, a rappelé le Pape, tant de fois «Jésus a dû condamner les rigides qui n'étaient pas honnêtes». En effet, a-t-il insisté, il «y a des rigides à la double vie : ils se font voir beaux, honnêtes, mais quand personne ne les voit ils font de mauvaises choses».

Le Saint-Père a alors dit penser aux «nombreux jeunes qui sont tombés dans la tentation de la rigidité, dans l’Église». Certains «sont honnêtes, certains sont bons», a-t-il indiqué, invitant à «prier pour que le Seigneur les aide à grandir sur le chemin de la douceur». Mais d’autres, a souligné le Pape, «utilisent la rigidité pour couvrir des faiblesses, des péchés, des maladies de personnalité».

Saul en grandissant, a poursuivi le Saint-Père, était toujours un «honnête, rigide» et ne pouvait tolérer ce qu’il considérait comme «une hérésie». Ainsi, il «est allé à Damas pour capturer les chrétiens et les conduire enchaînés pour être jugés». Sur le chemin de Damas, Saul rencontre «un autre homme qui parle avec un langage de douceur : “Saul, Saul, pourquoi me persécutes-tu?”». Et l’homme «rigide, mais honnête, s’est fait enfant et s’est laissé conduire où le Seigneur l’a appelé. La force de la douceur du Seigneur».

Et «ainsi, à partir de sa propre expérience, cet homme prêche aux autres, dans tous les lieux: persécuté, avec beaucoup de problèmes, dans l'Église également, il a dû aussi souffrir que les chrétiens se disputent entre eux». Mais «lui, qui avait persécuté le Seigneur avec le zèle de la loi, dira aux chrétiens: tout comme vous vous êtes éloignés du Seigneur, vous avez péché, avec l'esprit, avec le corps, avec tout; à présent, avec les mêmes membres soyez parfaits, rendez gloire à Dieu».

Il y a «un dialogue entre la suffisance, la rigidité et la douceur» a commenté le Pape. Ainsi commence «l’histoire de cet homme que nous avons connu tout jeune, à la lapidation d’Etienne, et qui finira trahi par un des chrétiens». «C’est la voie du chrétien: avancer sur les traces que Jésus a laissées, les traces de la prédication, de la souffrance, la trace de la Croix, la trace de la résurrection».

Et le Saint-Père a conclu en invitant à prier Saul «de façon spéciale pour les rigides qu’il y a dans l’Église; pour les rigides-honnêtes comme lui, qui ont du zèle, mais qui se trompent. Et pour les rigides hypocrites, ceux de la double vie, ceux à qui Jésus disait: “Faites ce qu’ils disent, mais pas ce qu’ils font”».

(HD)

05/05/2017 16:08