Social:

RSS:

Radio Vatican

La voix du Pape et de l'Eglise en dialogue avec le monde

Autres langues:
Lire l’article Accéder au menu

Eglise \ Vie de l'Eglise

Fête de l'Europe: la Comece invite les chrétiens à s'engager

Des activistes européens, le 23 avril dernier à Cologne en Allemagne. - AFP

09/05/2017 20:30

(RV) «Aujourd'hui, l'Europe est à la croisée des chemins: elle peut se rassembler ou se rompre. L'Église catholique considère que nous sommes à un moment clé et fondamental pour construire la paix et la solidarité entre les différents peuples et les États». À l’occasion de la fête de l’Europe ce mardi 9 mai 2017, le Frère Olivier Poquillon OP, secrétaire général de la COMECE, a répondu aux questions de l’agence de presse des évêques italiens, SIR.

Se réapproprier le projet européen

Lors des élections qui se sont déroulées aux Pays-Bas puis en France, mais aussi lors des prochains scrutins à Malte (le 3 juin), au Royaume-Uni (le 8 juin), en Allemagne (le 24 septembre) et lors de celles qui auront peut-être lieu en Italie, les citoyens sont appelés à «se réapproprier le projet européen». En effet, souligne le Frère Poquillon, «les conférences épiscopales de plusieurs pays ont produit des documents qui invitaient les chrétiens à s’engager en politique. Engagés dans une politique qui ne revient pas à travailler pour gagner les prochaines élections mais qui veut servir le pays ; qui ne vise pas le pouvoir mais le bien commun, et qui a une perspective internationale».
Cette fête de l’Europe est une «occasion positive», estime le secrétaire général de la COMECE pour exhorter les femmes et les hommes de bonne volonté, et en particulier les jeunes, à investir du temps et de l’énergie afin d’accomplir de «bonnes politiques». 

L'héritage de Robert Schuman

Quel héritage le père de l’Europe, Robert Schuman, lègue-t-il aux jeunes ? «Les jeunes d’aujourd’hui ne connaissent peut-être pas son message politique, mais ils bénéficient certainement des résultats de ses efforts, extrêmement pertinents et qui nous ont été confiés». Pour Olivier Poquillon, l’engagement humain et politique de Robert Schuman est «un héritage vivant», sur lequel nous devons capitaliser. «Il donne à chacun de nos pays et aux Églises une responsabilité, non seulement de construire ‘notre maison commune’ mais également de montrer le rôle qui peut être celui de l’Europe dans le monde : un rôle de paix et de réconciliation. L’Europe montre, et en particulier en ces temps particuliers, que la paix et la réconciliation entre des peuples qui se sont combattus est possible. Et cela est toujours aujourd’hui une leçon extrêmement précieuse», conclut-il.

09/05/2017 20:30