Social:

RSS:

App:

Radio Vatican

La voix du Pape et de l'Eglise en dialogue avec le monde

Autres langues:
Lire l’article Accéder au menu

Pour approfondir \ Méditation Dominicale

Méditation pour le 5ème dimanche de Pâques

P. Adrien Lentiampa Shenge, SJ - RV

13/05/2017 16:41

Le Père jésuite Adrien Lentiampa Shenge nous introduit à la méditation avec les lectures du cinquième dimanche de Pâques

RV) Frères et Sœurs,

Depuis cinq dimanches déjà, nous célébrons Pâques, fête de la Victoire de notre Seigneur sur la mort ; la fête de notre propre salut. La fête de Pâques nous met en joie, car elle signe notre victoire définitive sur les ténèbres, sur la peur, sur le mal, sur la mort…

Alors que nous nous éloignons petit à petit de la grande solennité de la nuit sainte, il est important de nous rappeler que cette joie qui caractérise Pâques, la victoire qu’elle proclame, ne doit pas seulement marquer nos vies pendant ce temps liturgique. La joie de Pâques, la victoire qu’elle proclame, c’est ce qui nous fait vivre chaque jour, même en pleines vicissitudes de nos vies.

Aussi, est-il bon que, pour fêter Pâques en ce dimanche, l’Eglise nous ait proposé cet Evangile de Jean, qui ouvre le discours d’adieu de Jésus aux siens. En pleines célébrations de Pâques donc, l’Evangile de ce jour s’ouvre par cette interpellation du Seigneur : « Que votre cœur ne soit pas bouleversé ! ». Dans les turbulences de notre vie de chaque jour, nous ne devons pas nous laisser ébranler, puisque le Christ, notre Pâques, est ressuscité une fois pour toutes : il est à jamais vivant !

Et comment faire pour demeurer chaque jour dans la joie et la paix que nous offre l’événement de Pâques ? L’Evangile de ce dimanche répond à cette question : nous sommes appelés à croire en Christ ressuscité et à rester attachés à sa personne.

Si donc, souvent, nos cœurs et nos vies sont tellement troubles ; si donc, souvent, nous perdons la joie et la paix de Pâques, ne serait-ce pas parce que, comme Thomas dans l’Evangile d’aujourd’hui, nous ne sommes pas assez fermes dans notre foi au Christ ressuscité ? Alors, nous empruntons d’autres chemins, ayant perdu de vue la demeure de Dieu, le Christ Ressuscité…

En ce dimanche de Pâques, il est donc bon de réentendre le Seigneur ressuscité nous dire, comme il a fait, s’adressant à Thomas : « Moi, je suis le Chemin, la Vérité et la Vie ». C’est là une parole qui devrait retentir chaque jour dans nos cœurs et dans nos vies : Jésus Ressuscité est, pour nous, Chemin, Vérité et Vie.

Si le Christ ressuscité est notre Chemin, nous mettrons nos pas sur ses pas ; nous suivrons les sentiers qu’il a tracés… Le chemin fait mettre en mouvement ; il conduit au point d’arrivée, à l’objectif. En suivant le chemin tracé par le Christ – le chemin qu’il est lui-même –, nous sommes sûrs de ne pas nous perdre.

Si le Christ ressuscité est notre Vérité, il sera l’objet de toutes nos recherches et de toutes nos fatigues. C’est lui qui fera vibrer nos cœurs et nos vies. Nous nous passionnerons de lui…

Si le Christ ressuscité est notre Vie, il sera le souffle qui nous fait respirer et tenir ; notre raison d’être. Puisqu’il est le vivant, nous serons aussi des vivants ; nous serons de ceux qui promeuvent la vie et qui la vivent en plénitude et en abondance.

Comme lui, nous deviendrons des pierres vivantes sur lesquelles se construit la demeure de Dieu parmi les hommes (2ème lecture). Pour cela, ne perdons pas de vue la demeure qu’il est lui-même : la demeure d’amour et de don total de lui-même au Père, et à nous les hommes. Comme lui, devenons la demeure de Dieu parmi les hommes.

AMEN

(KS)

13/05/2017 16:41