Social:

RSS:

App:

Radio Vatican

La voix du Pape et de l'Eglise en dialogue avec le monde

Autres langues:
Lire l’article Accéder au menu

François \ Homélies à Sainte Marthe

Le Pape à Sainte-Marthe: «la vraie doctrine unit, l'idéologie divise»

Le Pape prononçant son homélie à Sainte-Marthe. - ANSA

19/05/2017 12:04

(RV) La doctrine vraie unit tandis que l’idéologie divise: tel est l’axe de réflexion que le Pape François a développé ce vendredi 19 mai, lors de son homélie matinale à Sainte-Marthe. Le Saint-Père est revenu sur la première lecture, tirée du livre des Actes des Apôtres où est relatée la fondation de la première communauté chrétienne. Dans cette communauté existaient déjà les jalousies et les luttes de pouvoir, a-t-il relevé, certains voulaient gagner et acheter le pouvoir. De cette expérience, le Pape a expliqué que les difficultés ont toujours existé à l’intérieur de l’Eglise : « Nous sommes des humains, nous sommes des pécheurs », mais le fait d’être pécheur nous porte à l’humilité et à nous approcher du Seigneur, qui nous sauve de nos péchés.

François est revenu sur l’épisode où les païens, « appelés par l’Esprit Saint à devenir chrétiens » étaient choisis pour aller à Antioche, en compagnie de Paul et Barnabé. « Certains disciples voulaient discuter des problèmes et les autres créaient des problèmes, en divisant l’Eglise, en disant que ce que disaient certains n’étaient pas les paroles de Jésus, que ce n’était pas la vérité ».

Les disciples ont fini par se mettre d’accord, mais cet accord n’est « pas un accord politique » a précisé le Pape, car c’est l’Esprit Saint qui les porte à renoncer à leurs exigences. Les seules règles sont celles de ne pas manger les viandes destinées aux idoles, de s’abstenir du sang, des animaux non saignés et des unions illégitimes.

Se garder des idéologues

François a mis en évidence la « liberté de l’Esprit Saint qui "met d’accord", et qui permit aux païens de faire partie de l’Eglise « sans passer par la circoncision ». Cet épisode est le « premier concile de l’Eglise » a expliqué le Saint-Père, réunit pour « clarifier la doctrine » comme le furent dans l’histoire les conciles d’Ephèse ou de Vatican II. « C’est un devoir de l’Eglise que de clarifier la doctrine, a souligné le Pape, afin que l’on comprenne bien ce que Jésus a dit dans les Evangiles, que l’on comprenne quel est l’esprit des Evangiles ».

Mais, a relevé François, « il y a toujours eu des gens sans autorité particulière qui ont perturbé la communauté chrétienne avec des discours sur ce que l’on pouvait dire ou non, ce qui était hérétique etc… » Ces comportements sont ceux des fanatiques, comme l’ont toujours été ceux qui ont semé la zizanie pour diviser la communauté chrétienne. Le Pape a ainsi mis en garde contre la tentation d’avoir de la doctrine une vision idéologique.

« Ces individus n’étaient pas des croyants mais des idéologues, a martelé le Saint-Père, ils véhiculaient une idéologie qui fermait le cœur à l’œuvre de l’Esprit Saint ». L’Eglise, a-t-il conclu « a son magistère propre, le magistère du Pape, des évêques, des conciles, et nous devons aller sur cette voie qui vient de la prédication de Jésus, de l’enseignement et de l’assistance de l’Esprit Saint, qui est toujours ouvert et libre ». La doctrine véritable unit, les conciles unissent la communauté chrétienne, alors que l’idéologie divise. (OB) 

19/05/2017 12:04