Social:

RSS:

Radio Vatican

La voix du Pape et de l'Eglise en dialogue avec le monde

Autres langues:
Lire l’article Accéder au menu

Monde \ Politique

Primaires socialistes en Espagne : la revanche de Pedro Sanchez

Pedro Sanchez, économiste de 40 ans, se retrouve à la tête du PSOE, après en avoir été évincé. - REUTERS

23/05/2017 17:17

(RV) Entretien – Pedro Sanchez prend la tête du Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE). L’ancien secrétaire général du parti a gagné la primaire socialiste dimanche 21 mai 2017. Une victoire avec 50% des voix face à Susana Diaz, présidente de l’Andalousie, la candidate soutenue par toute la hiérarchie socialiste.

Cet économiste de 45 ans avait été écarté du parti en octobre 2016 par un coup de force des dirigeants qui refusaient sa stratégie de blocage du parti populaire conservateur de Mariano Rajoy, minoritaire à l’Assemblée. Après son éviction, le Premier ministre avait enfin pu former un gouvernement après neuf mois de crise politique.

Pedro Sanchez prend donc sa revanche sept mois plus tard en récupérant la direction du parti. Il a gagné en promettant de réunifier un parti très divisé et de refaire du PSOE le principal parti d’opposition de gauche en Espagne. Il a ainsi annoncé que son premier geste sera de demander la démission de Mariano Rajoy. Dans cette campagne des primaires socialistes, il était aussi le seul à proposer une entente avec le parti anti-austérité Podemos.

Le retour de Pedro Sanchez marque une revanche d’une gauche plus frontale et menace la stabilité du gouvernement de droite, estime Hubert Peres, professeur à l'Université Montpellier I et chercheur au Centre d'Etudes Politiques de l'Europe Latine (CEPEL). Il revient avec Blandine Hugonnet sur les raisons de cette victoire, et le plus gros défi de Pedro Sanchez : réunifier le PSOE largement divisé.

(BH-MA)

 

 

23/05/2017 17:17