Social:

RSS:

Radio Vatican

La voix du Pape et de l'Eglise en dialogue avec le monde

Autres langues:
Lire l’article Accéder au menu

François \ Activités

Messe du Pape à Gênes: «Le pouvoir du Christ est de relier le ciel et la terre»

Le Pape au début de la messe qu'il a présidée à Gênes. - REUTERS

27/05/2017 18:37

(RV) Le Pape François a célébré samedi en fin d'après-midi la messe au parc des expositions « Fiera del Mare », de Gênes, au bord de la Méditerranée, dernier temps fort de cette visite pastorale dans la capitale ligurienne. Une eucharistie célébrée en présence de plus de 60 000 personnes sous un soleil éclatant.

Dans son homélie, le Pape est revenu sur le pouvoir de Jésus, la force de Dieu, à travers les textes de l’Ascension du Seigneur. «Aujourd’hui nous célébrons ce mystère où Dieu unit le ciel et la terre», a dit le Saint-Père. Quand Jésus est monté vers le Père, notre chair humaine a traversé le seuil des Cieux, notre humanité est là, en Dieu, c’est là qu’est notre confiance parce que Dieu ne se fatigue jamais de l’homme.

Le pouvoir de Jésus n’est pas fini une fois qu’il est monté au Ciel a précisé le Pape, « il continue aujourd’hui et dure pour toujours ». Jésus est vraiment avec nous et pour nous, il est notre avocat a t-il expliqué. Le premier mot clé du pouvoir de Jésus est intercession , cette capacité d’intercéder, dans notre monde où l’on court , où l’on travaille, où tant de choses nous demandent des efforts, le monde en a besoin.

Intercéder sans jamais se fatiguer

Le Pape qui dans cette homélie est revenu aussi sur le sens de la prière, qui n’est pas qu’un moyen pour trouver la paix intérieure, mais bien le fait de tout confier à Dieu. Notre pouvoir est dans la force douce de la prière a dit le Saint-Père. La prière n’est pas la tranquillité, mais la charité. Intercéder sans jamais se fatiguer, telle est notre responsabilité. «Comme Jésus intercède toujours pour nous auprès du Père, nous ses disciples ne nous fatiguons jamais de prier pour rapprocher la terre du Ciel».

L’autre mot-clé de l’Evangile, est l’annonce, a poursuivi le Saint-Père. Le Seigneur nous envoie l’annoncer : « Allez ! De toutes les nations faites des disciples » (MT, 28, 16-20). Jésus nous envoie, grâce à notre baptême à travers le monde, c’est un acte de grande confiance qu’il a envers nous : « Jésus croit en nous beaucoup plus que nous croyons en Lui !». Il est important pour Jésus que nous dépassions une grande imperfection qui est celle de la fermeture a aussi expliqué François. Il faut donc sortir : «Le Seigneur nous veut en sortie, libres des tentations de se contenter lorsque nous allons bien et que nous avons tout sous contrôle».

La force douce du témoignage

«Comme pour ses premiers disciples, nos lieux d’annonce sont les chemins du monde, a encore souligné le Saint-Père, comme avec eux, il désire que l’annonce soit portée avec sa force, non avec celle du monde, mais la force limpide et douce du témoignage joyeux, ceci est urgent » a-t-il conclu.

A l'issue de la cérémonie, le cardinal Angelo Bagnasco, archevêque de la ville, qui a concélébré, a remercié le Pape au nom de tous les Gênois, en lui demandant de ne "pas oublier sa ville de Gênes", au même titre que "sa Buenos Aires", allusion aux grands-parents italiens de Jorge Maria Bergoglio qui partirent de la ville pour migrer en Argentine. A l'issue de la messe, le Pape devait regagner l'aéroport de Gênes afin de rentrer au Vatican. (OB) 

27/05/2017 18:37