Social:

RSS:

Radio Vatican

La voix du Pape et de l'Eglise en dialogue avec le monde

Autres langues:
Lire l’article Accéder au menu

Monde \ Politique

Première rencontre entre Vladimir Poutine et Emmanuel Macron

Emmanuel Macron et Vladimir Poutine posant pour les photographes devant le Bassin de Latone. - EPA

30/05/2017 10:42

(RV) Entretien – Vladimir Poutine et Emmanuel Macron tout sourire, une poignée de main appuyée et chaleureuse sur le tapis rouge déroulé dans la cour du Château de Versailles. Le président russe a été accueilli ce lundi 29 mai en grandes pompes dans l’ancienne résidence des rois de France. Un premier geste pour montrer l’apaisement entre deux dirigeants ouvertement opposés. Pendant la campagne électorale française, des piratages informatiques des données du mouvement En Marche ! du candidat Macron ont été imputés à des hackers russes. Devant son homologue, le président Macron a ouvertement dénoncé l’influence des médias russes Russia Today et Sputnik sur sa campagne. Il a aussi rappelé que la candidate d'extrême droite Marine Le Pen a été reçue par le Kremlin et soutenue dans la course à la présidentielle.

Une prise de position qui ne fait pas peur au nouveau chef de l’Etat. A 39 ans, Emmanuel Macron a tenu sa promesse de discussions franches avec Vladimir Poutine, notamment sur les grands points de désaccords : le sort de Bachar Al Assad et la résolution du conflit en Syrie : Emmanuel Macron a affirmé que «toute utilisation d’armes chimiques [en Syrie] fera l’objet d’une riposte immédiate» de la France, et qu’il souhaitait «renforcer le partenariat avec la Russie» sur ce dossier. Autre sujet d’opposition, la gestion de la situation dans l’est de l’Ukraine : Les deux présidents ont convenu lundi de la nécessité d’un nouveau sommet «dans les meilleurs délais» avec Berlin et Kiev sur la mise en œuvre des accords de Minsk de 2015, en vue d’une «désescalade» du conflit en Ukraine

Après l’annulation de sa visite en octobre 2016 en raison de ces différends avec François Hollande, Vladimir Poutine veut aujourd’hui surmonter la méfiance mutuelle et trouver en Emmanuel Macron un nouvel interlocuteur. Mais on est encore loin de pouvoir parler d’un nouveau départ dans les relations franco-russes.

Xavier Follebouckt est spécialiste de la politique étrangère de la Russie et chercheur à l’Université catholique de Louvain. Il revient d’abord sur les avancées sur le grand dossier de cette rencontre : la Syrie.

(BH-MA)

30/05/2017 10:42