Social:

RSS:

Radio Vatican

La voix du Pape et de l'Eglise en dialogue avec le monde

Autres langues:
Lire l’article Accéder au menu

Vatican \ Activités

Réactions vaticanes après le retrait américain de l'Accord de Paris

Le Pape a reçu Donald Trump au Vatican le 24 mai 2017. - ANSA

03/06/2017 08:29

(RV) Le Pape n’a fait aucun commentaire à la suite du retrait des Etats-Unis de l’Accord de Paris. Cependant au Vatican, plusieurs voix s’élèvent, regrettant cette décision. Parmi elles, celle du préfet du dicastère pour le Développement humain intégral et celle du chancellier des Académie pontificales.

«C’est quelque chose que nous espérions ne pas voir arriver». Dans le Washington Post, le préfet du dicastère pour le Développement humain intégral, le cardinal Peter Turkson  estime que «certains sujets ne devraient pas être politisés», car «le climat est un bien commun mondial qui ne se limite pas à un pays en particulier». 

«gifle en pleine figure»

Réaction plus tranchée du chancelier argentin de l’Académie pontificale des sciences et de l’Académie pontificale des sciences sociales qui parle de «gifle en pleine figure». Il y a huit jours, le Pape remettait son encyclique Laudato Si’ au président américain reçu au Vatican. Mgr Marcelo Sanchez Sorondo croit savoir dans les colonnes de la Repubblica qu’il y a derrière Donald Trump le lobby du pétrole. «Il est probablement manipulé par eux et n’a pas la possibilité de s’y opposer s’il le voulait (…). Dans tous les cas, c’est une vision qui est, non seulement catastrophique mais aussi tout à fait infondée scientifiquement.»

Dans le message inspiré de Laudato Si’ qu’a adressé le Conseil pontifical pour le dialogue interreligieux aux musulmans à l’occasion du mois de Ramadan, le cardinal Jean-Louis Tauran et Mgr Miguel Ángel Ayuso Guixot, -respectivement président et secrétaire du dicastère-, reviennent sur le sens même de la «maison commune», comme «habitation pour tous les membres de la famille humaine» ; et de conclure par conséquent que «personne, aucune nation ou peuple ne peuvent imposer exclusivement leur compréhension de la planète».

Ne pas se décourager

«Jusqu’au bout, nous avions espéré que les discussions au sein du G7 et la rencontre avec le Pape François auraient influencé positivement sa décision». Membre du C9, président de la Comece et de la Conférence épiscopale allemande, le cardinal Reinhard Marx a lui aussi commenté l'événement. La décision du président américain «n'est pas une surprise», dit-il, elle reste néanmoins «un défi majeur pour la protection de l’environnement au niveau international» et porte «un coup dur au climat de confiance mondiale» engendré l’Accord de Paris.«L’encyclique Laudato Si’ souligne que la politique internationale est affaiblie par la primauté de trop d'intérêts particuliers sur le bien commun. Il est regrettable que ce constat se vérifie à nouveau et que la responsabilité mondiale s’arrête aux frontières d’un pays. La communauté internationale ne doit pas se décourager. Les Européens en particulier ont le devoir de rester unis et de jouer un rôle de premier plan dans la sauvegarde de la création» a réagi le prélat allemand.

(MD)

03/06/2017 08:29