Social:

RSS:

Radio Vatican

La voix du Pape et de l'Eglise en dialogue avec le monde

Autres langues:
Lire l’article Accéder au menu

Monde \ Politique

Il y a 50 ans, la guerre des Six-Jours signait le début de la colonisation israélienne

Le 5 juin 1967, premier jour de la Guerre des Six-Jours, les appareils israéliens survolent la péninsule du Sinaï en Egypte. - AFP

05/06/2017 07:08

(RV) Entretien - Il y a 50 ans, le 5 juin 1967, après plusieurs semaines de tensions croissantes avec ses voisins arabes, Israël lance une attaque qualifiée de préventive de son aviation sur les forces égyptiennes massées dans le Sinaï ainsi que sur les appareils jordaniens et syriens. Il ne faudra ensuite pas plus de six jours pour que l’État hébreu s’empare sans coup férir du Golan, du Sinaï, -qu’il rétrocèdera ensuite à l’Égypte lors des Accords de Camp David en 1979-, de la Cisjordanie et Jérusalem-Est, et de la bande Gaza.

Vécue comme une amère humiliation par les Arabes, comme une victoire miraculeuse et presque divine par Israël, cette fameuse «guerre des Six-Jours» marque un tournant majeur dans l’Histoire du Proche-Orient: elle consacre la puissance militaire israélienne, détruit les rêves panarabistes de Nasser, et permet l’émancipation des mouvements palestiniens de la tutelle arabe.

Mais ce conflit signe surtout le début de la colonisation et de l’occupation des territoires palestiniens. Deux phénomènes qui constituent aujourd’hui les principaux obstacles à la paix, et à la création d’un État palestinien aux côtés d’Israël.

Interrogé par Manuella Affejee, l’éclairage de Pierre Razoux, directeur de recherche à l’Institut de recherche de l’École militaire de Paris, auteur de La guerre des Six Jours aux éditions Perrin :

(BH-MA)

05/06/2017 07:08