Social:

RSS:

Radio Vatican

La voix du Pape et de l'Eglise en dialogue avec le monde

Autres langues:
Lire l’article Accéder au menu

Monde \ Société

Londres: 139 imams refusent de prononcer la prière funèbre pour les terroristes

Des musulmans de la communauté de Dawoodi Bohra participent à la veillée organisée lundi 5 juin par la mairie de Londres après l'attentat de samedi. - AFP

06/06/2017 18:42

(RV) C’est une première en Grande-Bretagne: 130 imams et responsables musulmans de Grande-Bretagne ont publiquement annoncé leur refus de prononcer la traditionnelle prière funèbre pour les terroristes qui ont mené l’attentat de London Bridge samedi soir. Cette prière est due à chaque défunt musulman, indépendamment de ses actes ou des circonstances de sa mort. Une prise de position salutaire et courageuse qui montre l’impact de ces nouveaux attentats sur les musulmans britanniques. Olivier Bonnel

Ils sont 139 exactement à avoir signé un texte limpide, un texte où ils expriment leur refus de se corrompre en rendant hommage à des terroristes. «Leurs actions indéfendables sont complètement à l’opposé des principes éminents de l’Islam » expliquent-ils. Dans leur texte, ces imams soulignent aussi «prier Dieu pour que les auteurs de ces actes soient jugés selon la gravité de leurs crimes de l’au-delà (…) Face à une telle lâcheté, à la différence des terroristes, nous devons soutenir l’amour et la compassion», déclarent-ils.

Pour une écrasante majorité de musulmans britannique, ce nouvel attentat a été un choc. Le Sheikh Ibrahim Mogra co-dirige le forum islamo-chrétien de Grande-Bretagne : «C’était écœurant et j’ai été dévasté de voir que des musulmans, pendant le mois sacré de ramadan, alors que tous les autres musulmans se rassemblaient dans les mosquées du pays pour prier, aient pu commettre cet acte diabolique».

L’Islam, en tant que religion, condamne ces atrocités

Dans leur texte en ligne, les imams dénoncent de «vils meurtriers qui cherchent à diviser la société et à instiller la peur». Ce nouvel attentat invite une fois encore la communauté musulmane de Grande-Bretagne à prendre ses responsabilités selon Ibrahim Mogra. «Il est très important pour nous de comprendre que l’Islam, en tant que religion, condamne ces atrocités, et que la communauté musulmane ne peut pas être tenue pour responsable dans sa totalité. Nous croyons certainement que nous sommes une partie de la solution, et nous souhaitons œuvrer pour s’assurer que notre pays soit sûr, libre et démocratique». «Nous prions pour la paix et l’unité, conclut le communiqué du conseil musulman britannique et pour toutes les victimes du terrorisme, que ce soit chez nous ou à travers le monde, qui sont ciblées qu’elle que soit leur foi».

En France, après l’assassinat du père Jacques Hamel, la communauté musulmane de Saint-Etienne du Rouvray avait refusé qu’Adel Kermiche, l’un des deux terroristes responsables de sa mort soit inhumé dans le carré musulman de la commune. (MD-OB)

06/06/2017 18:42