Social:

RSS:

Radio Vatican

La voix du Pape et de l'Eglise en dialogue avec le monde

Autres langues:
Lire l’article Accéder au menu

François \ Activités

Audience : Le Notre Père, résumé de toute prière chrétienne

Le Pape récitant le Notre Père avec les fidèles place Saint-Pierre lors de l'audience du 7 juin 2017. - ANSA

07/06/2017 12:34

(RV) «A notre époque, chrétiens, musulmans et juifs, nous avons tant besoin de prier pour la paix». A l’issue de l’audience générale ce mercredi 7 juin 2017, le Pape a marqué son adhésion à une initiative argentine intitulée «Une minute pour la paix». Celle-ci appelle demain jeudi, à 13 heures, à prier et à se faire promoteurs de paix à l’occasion du 3° anniversaire de la rencontre, au Vatican, entre le Pape et les présidents israélien et palestinien, Shimon Peres et Mahmoud Abbas, en 2014. Le Pape appelle à prendre «ce petit moment de prière» pour la paix.

Et c’est justement de la prière dont parle le Pape dans sa catéchèse ce mercredi place Saint-Pierre. La prière de Jésus qui exerce une telle fascination sur les Apôtres, qui demandent au Christ d’y être introduits. 

La grande révolution

Jésus leur transmet ce qui deviendra «la prière chrétienne par excellence»: le 'Notre Père'. Jésus nomme Dieu du nom de ‘Père’. Il a le «courage» de le faire. Cela ne va pas de soi, explique François. En effet, «nous serions tentés d’utiliser des titres plus élevés et qui nous semblent plus conforme à la transcendance divine». Mais, souligne-t-il, le mot ‘Père’ place dans une relation de confiance avec lui ; comme un enfant qui s’adresse à son papa et se sait aimé de lui, protégé par lui. «C’est la grande révolution que le christianisme introduit dans la psychologie religieuse de l’homme». Le mystère de Dieu qui toujours nous fascine et nous fait nous sentir petit, mais qui ne nous fait plus peur, qui ne nous écrase pas, ni nous angoisse.

Cette révolution est parfois compliquée à accepter, reconnait François. Les femmes face au tombeau vide sont parties en courant effrayées, mais Jésus nous révèle que Dieu est un Père bon, et nous dit de ne pas avoir peur.

Un Père miséricordieux

Evoquant la parabole du Fils prodigue (Lc 15,11-32), le Pape rappelle que Dieu est miséricordieux. Dieu est un père qui n’applique pas les critères de la justice humaine. Quand son fils rentre au foyer, son père sent le besoin de pardonner, d’embrasser ce fils qui lui a tant manqué. «C’est un père bon, sans défense face au libre arbitre de l’homme, et uniquement capable de conjuguer le verbe 'aimer' ».

Ainsi, conclut le Pape, «que nous soyons au loin, hostiles ou que nous nous proclamions sans Dieu, nous ne sommes jamais seuls». Et cette certitude est «la source de notre espérance». Quand nous avons besoin d’aide, Jésus ne nous demande pas de nous résigner ou de nous fermer en nous-mêmes, mais de nous tourner vers le Père. Eau, nourriture, travail, santé, besoin d’être pardonné ou de résister à la tentation : «en toute circonstance nous avons un Père qui nous regarde avec amour et ne nous abandonne pas». Ensemble, le Pape et les fidèles, ont finalement récité le ‘Notre Père’.

(MD)

07/06/2017 12:34