Social:

RSS:

Radio Vatican

La voix du Pape et de l'Eglise en dialogue avec le monde

Autres langues:
Lire l’article Accéder au menu

François \ Activités

Au Quirinal, le Pape réaffirme le soutien de l'Eglise à l'Italie

Le président Italien écoutant le Pape François lors de sa visite au Quirinal, le 10 juin 2017. - AP

10/06/2017 13:17

(RV) En fin de matinée, samedi 10 juin, le Pape François a rendu sa visite de courtoisie au président italien, effectuée le 18 avril 2015 au Vatican. Accueilli avec sa délégation dans la cour d’honneur du palais du Quirinal, le Pape s’est longuement entretenu avec Sergio Matarella. Echange de cadeaux, visite de la Chapelle de l’Annonciation du palais, puis dans le Salon des Corazzieri, deux discours prononcés. Dans son intervention, le Saint-Père est revenu sur les liens solides du Saint-Siège et de l’Italie, et sur les défis que doit affronter la péninsule, avec le soutien réaffirmé du Vatican. Le compte-rendu de Marie Duhamel

Un peuple sans mémoire est un peuple sans avenir, le Pape le répète souvent et, tout naturellement, François a exprimé sa gratitude aux générations italiennes passées qui ont soutenu des valeurs fondamentales, au centre de la Constitution italienne : la dignité de la personne, la famille et le travail. Fort de cette «mémoire reconnaissante», le Pape porte un regard «plein d’espérance» pour ce pays qui doit avec ses partenaires européens affronter des défis de taille : le terrorisme, les migrations, le chômage. Des défis que l’Italie souhaite vivre comme «des occasions de croissance» et «d’opportunités nouvelles», se félicite le Pape. La preuve, l’accueil des nombreux migrants qui arrivent sur les côtes italiennes, mais aussi l’aide apportée aux populations frappées par les séismes, et «la force animée de la foi» avec laquelle celles-ci ont vécu le drame.

Concernant les migrants, le Pape répète que «quelques nations ne pourront, seules, en prendre la charge entière». Il juge urgent que se développe une coopération internationale «ample et incisive».

Plaidoyer pour un emploi stable

Autre appel lancé par le Pape à l’Italie : «Générer et accompagner les processus qui donneront lieu à de nouvelles opportunités de travail». Le malaise des jeunes, les poches de pauvreté, la difficulté à fonder une famille. Tout cela est dû, selon François, au problème que constituent le chômage et l’emploi précaire. Le Pape plaide pour l’emploi stable et une politique en faveur de la famille : ce sont «les conditions d’un authentique développement durable et d’une croissance harmonieuse de la société».

«Les nouvelles générations ont le droit de pouvoir cheminer vers des buts importants et à la portée de leur destin afin que, poussés par de nobles idéaux, ils trouvent la force et le courage d’accomplir à leur tour les sacrifices nécessaires pour atteindre la ligne d’arrivée, et construire un avenir digne de l’homme

Le Pape encourage les responsables politiques et administratifs à se mettre à l’œuvre pour le bien commun, en cherchant à renforcer les liens entre les gens et les institutions, parce que «de ce maillage tenace et de cet engagement choral se développe la vraie démocratie et émergent les solutions à ces questions que personnes ne peut prétendre résoudre seul».

L'Eglise en Italie, une laïcité positive

Enfin le Pape évoque dans son discours la place de l’Eglise en Italie. L’Eglise est «une réalité vitale», «fortement unie à l’âme du pays». L’Eglise qui essaie selon ses possibilités, explique François, d’alléger les souffrances, de renforcer le lien social, d’aider à la construction du bien commun dans le cadre de la laïcité que son prédécesseur Benoît XVI qualifiait de «positive, car elle n’est pas hostile ou conflictuelle mais amicale et collaborative», dans la stricte distinction des compétences de chacun.

Le Pape remercie le président d’accueillir le siège du gouvernement de l’Eglise et plus de son aide lors de grands événements comme le fut le Jubilé de la Miséricorde. Il conclut en promettant  la collaboration du Saint-Siège et de l’Eglise, «son meilleur allié».

Avant de retourner au Vatican, le Pape et le président italien ont passé un moment dans les jardins du Quirinal en compagnie de 200 enfants habitant dans le centre de l’Italie, frappé récemment par une série de tremblements de terre. (MD)

10/06/2017 13:17