Social:

RSS:

Radio Vatican

La voix du Pape et de l'Eglise en dialogue avec le monde

Autres langues:
Lire l’article Accéder au menu

Eglise \ Vie de l'Eglise

Il a sauvé le patrimoine des chrétiens d'Irak : témoignage du père Najeeb

Le père Najeeb Michaeel, à l'hôtel de Soubise, siège des Archives nationales françaises. Il pose devant des manuscrits sauvés de Daech. - AFP

13/06/2017 06:53

(RV) Entretien- C’est une exposition inédite qu’abrite le couvent de Santa Maria Sopra Minerva, à Rome, jusqu’au 17 juin. «Les grandes heures des manuscrits irakiens» présente en effet une petite collection de manuscrits anciens, ainsi que des photos exceptionnelles provenant du fonds d’archives photographiques du couvent dominicain de Mossoul. Ces pièces font partie du trésor archivistique exfiltré par le père Najeeb Michaeel avant que les jihadistes de l’Etat islamique ne s’emparent de la deuxième ville d’Irak et de toute la plaine de Ninive, à l’été 2014.

Les manuscrits et livres rares (XIIIe-XXe siècle) sauvés de la destruction se distinguent par leur richesse et leur diversité : textes liturgiques chrétiens, traités de philosophie, de médecine, d’astronomie, livres musulmans et yézidis, œuvres de grands écrivains, théologiens et penseurs de la tradition orientale. Autant de trésors qui témoignent du rayonnement culturel de Mossoul à travers les siècles, de son foisonnement intellectuel et spirituel. Un héritage inestimable que le père Najeeb travaille à préserver et à transmettre depuis Erbil, la capitale du Kurdistan irakien…

Manuella Affejee est allée à la rencontre du père Najeeb. Il revient tout d’abord sur la prise de Mossoul par les jihadistes de l’Etat islamique, il y a 3 ans, en juin 2014.

Le père Najeeb avait déjà reçu des menaces claires en 2007 : des enveloppes contenant une balle, une croix coupée en morceaux ou des versets coraniques appelant au meurtre des «impies». Il avait alors pressenti le danger, et la nécessité de mettre les trésors de la bibliothèque du couvent à l’abri, en lieu sûr. Il commence alors un long travail d’exfiltration de manuscrits, de parchemins, de livres et d’objets de Mossoul à Qaraqosh, puis de Qaraqosh vers Erbil. Jusqu’à cette fameuse «nuit noire» du 6 au 7 août 2014, et la prise de Qaraqosh par Daech :

Ces manuscrits, livres et photographies témoignent également de la présence dominicaine à Mossoul, présence fructueuse sur laquelle revient le père Najeeb :

Ci-dessous, l’intégralité de l’entretien :

(MA)

 

 

 

13/06/2017 06:53