Social:

RSS:

Radio Vatican

La voix du Pape et de l'Eglise en dialogue avec le monde

Autres langues:
Lire l’article Accéder au menu

Monde \ Politique

Le Mexique et les USA durcissent leurs politiques migratoires

Des familles de migrants à la frontière mexicano-américaine, à Tijuana, le 7 mai 2017. - AFP

16/06/2017 16:55

(RV) Entretien – Promouvoir «la prospérité et la sécurité en Amérique centrale» : c’est l’objectif d’une rencontre co-organisée par les États-Unis et le Mexique à Miami, les jeudi 15 et vendredi 16 juin 2017.

Face à l’afflux de réfugiés venus du Salvador, du Honduras et du Guatemala – les demandes d’asile émanant de ces trois pays et déposées dans le monde entier ont explosé de 555 % entre 2010 et 2015, et beaucoup transitent par le Mexique pour atteindre les États-Unis  –, Washington et Mexico manient le bâton et la carotte.

D’un côté ils souhaitent aider ces trois pays à rétablir leurs économies et assurer l’état de droit, pensant ainsi résoudre les causes de départ. Le vice-président américain Mike Pence a annoncé 460 millions de dollars d’aide (contre 650 millions de dollars en 2017 cependant d’après l’Agence France-Presse). De l’autre, ils durcissent le contrôle de leurs frontières.

Amnesty International a profité de la rencontre à Miami pour publier un rapport. L’ONG de défense des droits de l’homme y dénonce «les conséquences catastrophiques de la longue liste de nouvelles politiques et pratiques» aux États-Unis, avec «son mur, les décrets contestables et la multiplication des centres de détention pour migrants».

Mais elle critique également «les pratiques hasardeuses en vigueur au Mexique», qui refoulerait tout aussi violemment les migrants venus du Salvador, du Honduras et du Guatemala. Geneviève Garrigos, la responsable Amériques pour Amnesty International France, revient au micro de Samuel Bleynie sur cette situation qui met à mal les droits humains.

(CV-SBL)

16/06/2017 16:55