Social:

RSS:

Radio Vatican

La voix du Pape et de l'Eglise en dialogue avec le monde

Autres langues:
Lire l’article Accéder au menu

Monde \ Société

La Turquie de l'après-coup d'Etat: témoignage d'un dominicain

Un supporter du président Erdogan brandissant un drapeau turc. - AFP

21/06/2017 08:09

(RV) Entretien- Dans la nuit du 15 au 16 juillet 2016, il y a donc presqu’un an, des officiers de l’armée turque tentent de s’emparer du pouvoir, profitant de l’absence du président Recep Tayyip Erdogan. Après une nuit confuse d’affrontements entre putschistes, certains corps de l’armée et les militants d’Erdogan appelés à la rescousse, le président, entretemps rentré en catastrophe à Ankara, annonce avoir repris le contrôle de la situation, et promet de pourchasser sans relâche les instigateurs du putsch et leurs soutiens.

Commence alors une série de purges massives au sein de l’administration, de l’armée, de la justice, du monde universitaire, des médias. Des dizaines de milliers de personnes sont révoquées ou arrêtées, dans une atmosphère de suspicion généralisée, et sous le regard inquiet de plusieurs pays occidentaux.

Balayant d’un revers de main les accusations de dérives autoritaires, le président Erdogan, mis en confiance par l’échec du coup d’Etat, propose en avril une réforme constitutionnelle ; adoptée par referendum, elle renforce largement les pouvoirs du chef de l’Etat.

Cette délicate situation n’est pas sans conséquences : un certain nombre de citoyens turcs ont ainsi décidé de quitter le pays et son climat de tension. Quant aux touristes et aux pèlerins, ils se font rares, ainsi que le témoigne, à Manuella Affejee, le frère Claudio Monge, op. Ce dominicain italien vit à Istanbul depuis une douzaine d’années ; il y dirige le Centre de Documentation et de Dialogue interculturel et religieux :

(MA)

 

 

21/06/2017 08:09