Social:

RSS:

Radio Vatican

La voix du Pape et de l'Eglise en dialogue avec le monde

Autres langues:
Lire l’article Accéder au menu

Monde \ Culture

Corée : une Coupe du monde de football pour se réconcilier?

Le président sud-coréen Moon Jae-in, lors d'une conférence de presse le 22 juin 2017. - REUTERS

22/06/2017 17:18

(RV) En 2002, la Corée du Sud co-organisait la 17ème Coupe du monde de football avec le Japon. La prochaine fois que la Corée du Sud organisera la Coupe du monde de football, il se pourrait qu’elle l’organise avec la Corée du Nord, et d’autres pays d’Asie du Nord-Est. C’est du moins ce qu’a indiqué souhaiter le président élu le 10 mai dernier, Moon Jae-in, selon un article de Églises d'Asie, l'agence de presse des MEP, les Missions Étrangères de Paris.

Le 12 juin dernier, le président sud-coréen a accueilli à la Maison Bleue, le palais présidentiel de la République de Corée, Gianni Infantino, président de la FIFA, de passage à Séoul à l’occasion de la finale de la Coupe du monde des moins de 20 ans. À cette occasion, le président Moon a déclaré que plusieurs pays d’Asie du Nord-Est, y compris la Corée du Nord, pourraient accueillir la coupe du monde de football 2030. 

Selon Park Su-hyun, porte-parole du président Moon, ce dernier aurait déclaré : «Si les pays voisins d’Asie du Nord-Est, y compris la Corée du Nord et la Corée du Sud, pouvaient organiser la Coupe du monde de football ensemble, cela pourrait aider à créer la paix entre la Corée du Nord et la Corée du Sud, et en Asie du Nord-Est.»

Mgr Peter Lee Ki-heon est évêque d’Uijeongbu ; il préside également le Comité pour la réconciliation entre les peuples coréens, de la Conférence des évêques catholiques de Corée (du Sud). Contacté par Églises d’Asie, il estime que «l’idée du président Moon va sûrement aider à améliorer la paix entre la Corée du Nord et la Corée du Sud, et en Asie du Nord-Est», avant de rappeler que «les événements sportifs organisés entre les deux pays ont par le passé aidé à améliorer les relations».

Cependnat, précise-t-il, «Corée du Sud et Corée du Nord ont vécu dans la crainte l’une de l’autre pendant longtemps […]. Il est nécessaire, non seulement d’organiser des événements sportifs, mais aussi de fournir de l’aide humanitaire à la Corée du Nord et d’organiser des formes variées de rencontres et de coopération». Lors d’une conférence de presse organisée le 20 juin, Chun Hae-sung, nouveau vice-ministre de l’Unification entré en fonction le 1er juin dernier, a précisé que l’administration Moon avait approuvé ces dernières semaines 35 demandes formulées par des groupes civiques pour apporter une aide humanitaire à la Corée du Nord.

Outre l’aide humanitaire, l’évêque d’Uijeongbu insiste sur la nécessité d’organiser des rencontres entre membres des familles séparées. «Une des rencontres les plus importantes consisterait à faire se rencontrer des familles séparées entre le Nord et le Sud de la Corée. Quand il a visité la Corée du Sud [en août 2014], le Pape François a souligné que Corée du Sud et Corée du Nord étaient frères. À présent, beaucoup de Sud-Coréens oublient qu’ils forment un même peuple avec les Nords-Coréens. Réunir des familles séparées pourrait rappeler que les peuples des deux pays sont frères.» Membre d’une de ces familles déchirées par la guerre de Corée (1950-1953), Mgr Peter Lee Ki-heon rappelle que ses sœurs vivent toujours de l’autre côté de la Zone démilitarisée (DMZ) qui constitue la frontière entre les deux Corées.

La Corée du Nord n’a pas encore réagi à la proposition du président Moon d’organiser conjointement la Coupe du monde 2030.

(CV avec Églises d'Asie)

22/06/2017 17:18