Social:

RSS:

Radio Vatican

La voix du Pape et de l'Eglise en dialogue avec le monde

Autres langues:
Lire l’article Accéder au menu

François \ Documents

Le Pape adresse un message aux participants du G20 à Hambourg

La chancelière Angela Merkel accueuille le président américain Donald Trump à Hambourg, le 7 juillet 2017. - REUTERS

07/07/2017 12:51

(RV) Le Pape François a adressé une lettre à la chancelière allemande Angela Merkel, à l’occasion du sommet du G20 qui s’ouvre aujourd’hui à Hambourg. Suivant la tradition instauré par Benoît XVI en 2009 lors du sommet du G20 de Londres, le Pape précise dans ce courrier les positions du Saint-Siège sur les grands dossiers de l’actualité internationale.

Dans ce message adressé à Angela Merkel, qu’il avait reçue au Vatican le 17 juin dernier, le Pape remercie les dirigeants des 20 principales puissances économiques du monde pour «les efforts accomplis pour assurer la gouvernabilité et la stabilité de l’économie mondiale, avec une particulière attention aux marchés financiers, au commerce, aux problèmes fiscaux et (…) à une croissance économique qui soit inclusive et soutenable», avec une attention particulière qui doit être portée aux conflits en cours et à la crise migratoire.

Rappelant que «le temps est supérieur à l’espace» et qu’il n’existe pas de «solutions immédiates» qui soient totalement satisfaisantes pour résoudre les crises, le Pape rappelle l’importance de «donner une priorité absolue aux pauvres, aux réfugiés, aux souffrants, aux déplacés et aux exclus, sans distinction de nation, de race, de religion ou de culture», et de rejeter les conflits armés.

Le Pape dans son message lance notamment un appel à la communauté internationale pour «la situation tragique du Soudan du Sud, du bassin du lac Tchad, de la Corne de l’Afrique et du Yémen, où il y a 30 millions de personnes qui n’ont pas de nourriture et d’eau pour survivre. L’engagement pour venir de façon à la rencontre de ces situations et donner un soutien immédiat à ces populations sera un signe du sérieux et de la sincérité de l’engagement à moyen-terme pour réformer l’économie mondiale et une garantie de son développement efficace», précise le Saint-Père.

«L’unité prévaut sur le conflit.» Reprenant les termes de «tragédies inutiles» utilisé par Benoît XV durant la Première Guerre mondiale, le Pape François appelle à «arrêter l’actuelle course aux armements» et à des discussions sincères et transparentes face aux conflits. «L’unité apparente sur les sujets communs à visée économique ou sociale» est une «tragique contradiction», une «incohérence», si dans le même temps elle est liée à la persistance «voulue ou acceptée» de conflits bellicistes.

Face aux «nouvelles idéologies de l’autonomie absolue des marchés et de la spéculation financière», François rappelle par ailleurs que «la réalité est plus importante que l’idée», et valorise un «sain et prudent pragmatisme» dans des politiques qui prennent en compte le respect de chaque citoyen. «Je prie Dieu pour que le sommet de Hambourg soit illuminé par l’exemple des leaders européens ou mondiaux qui ont toujours privilégié le dialogue et la recherche de solutions communes : Schuman, De Gasperi, Adenauer, Monnet et tant d’autres».

Enfin, dernier point d’insistance du Pape : «le tout est supérieur aux parties». Les dirigeants du G20 doivent donc intégrer dans leur réflexion les préoccupations des autres nations non représentées dans ce sommet, qui n’ont pas le même poids économique mais représentent une part importante de l’humanité.

(CV)

 

 

 

07/07/2017 12:51