Social:

RSS:

Radio Vatican

La voix du Pape et de l'Eglise en dialogue avec le monde

Autres langues:
Lire l’article Accéder au menu

Monde \ Politique

La fin de la bataille de Mossoul laisse un Irak divisé

Un mouvement de panique lors d'un bombardement à Mossoul, le 17 novembre 2016. - REUTERS

12/07/2017 18:25

(RV) Entretien - Après la reconquête de Mossoul annoncée dimanche 9 juillet 2017 par le Premier ministre irakien Haider al-Abadi, l’heure est désormais à la reconstruction. La libération de la deuxième ville d’Irak marque la fin de trois ans d’emprise de l’État islamique et représente un symbole fort : c'est de cette grande cité sunnite du nord du pays que le califat d’Abou Bakr Al-Baghdadi avait été proclamé à l'été 2014.

Après 9 mois d’affrontements, les défis humanitaire, sécuritaire mais aussi politique sont colossaux. Si cette victoire militaire contre l’EI est indéniable, suffira-t-elle à pacifier l’ensemble du territoire irakien et à insuffler au gouvernement une nouvelle dynamique ? Les tensions intra et inter communautaires ne risquent-elles pas d’être ravivées une fois les combats terminés ? Hélène Destombes a recueilli l’analyse de Loulouwa al-Rachid, politologue au Centre de recherches internationales (CERI) Sciences Po, rattachée au  'When Authoritarianism Fails In The Arab World' (Wafaw).

(CV-HD)

 

12/07/2017 18:25