Social:

RSS:

Radio Vatican

La voix du Pape et de l'Eglise en dialogue avec le monde

Autres langues:
Lire l’article Accéder au menu

Eglise \ Vie de l'Eglise

Les évêques d'Afrique centrale engagés dans le dialogue

Les évêques de l'Acerac, ici réunis au Tchad en 2016. - RV

17/07/2017 18:39

(RV) Les évêques de l’Association des Conférences épiscopales de la Région d’Afrique centrale (Acerac, qui regroupe les évêques de Centrafrique, du Tchad, du Gabon, du Cameroun, de la Guinée équatoriale et du Congo-Brazzaville) ont conclu ce dimanche 16 juillet à Yaoundé, au Cameroun, leur 11e assemblée plénière, avec un appel pour la paix et la réconciliation dans la région.

Frappés par la «violence gratuite perpétrée» dans la région méridionale de l’Afrique centrale, les prélats encouragent tout effort entrepris pour rétablir la paix dans ces pays. «Nous exhortons tous ceux qui sèment la terreur et la mort à arrêter l’effusion de sang et à travailler pour la paix, le dialogue et la réconciliation», peut-on lire dans le communiqué final. Ils expriment leur solidarité et leurs prières pour les populations victimes de ces violences, notamment en Centrafrique, au Tchad, au Cameroun et au Congo-Brazzaville.

Durant cette rencontre, ils ont par ailleurs manifesté leur tristesse pour la mort tragique de Mgr Jean-Marie Benoit Bala. Le corps sans vie de l’évêque de Bafia, au Cameroun, avait été retrouvé dans un fleuve le 2 juin dernier. Selon les autorités, il s’agit d’un suicide, mais les évêques du Cameroun, eux, affirment que l’évêque a été tué avant que le corps ne soit jeté dans le fleuve Sanaga. Les membres de l’Acerac ont exprimé leur solidarité à la conférence épiscopale du Cameroun et au peuple de Dieu de Bafia. Ils espèrent que toute la lumière sera faite sur ce décès qui est survenu le 31 mai 2017, selon les enquêteurs, et qui s’ajoute à une série de morts suspectes et de disparitions d’évêques et de responsables de l’Église au Cameroun, qui n’ont toujours pas été élucidées plusieurs années après.

Sur un plan plus global, les membres de l’Acerac rappellent que «le dialogue implique des relations positives et constructives avec des personnes et des communautés de foi différentes, pour essayer de se connaître et de s’enrichir réciproquement dans la respect de sa propre liberté et de la vérité». Le thème du l’œcuménisme et du dialogue interreligieux, qui était au cœur de cette assemblée plénière, fera l’objet prochainement d’un document spécifique.

La 12e Assemblée plénière de l’Acerac se tiendra en 2020 en Guinée équatoriale.

(CV)

17/07/2017 18:39