Social:

RSS:

Radio Vatican

La voix du Pape et de l'Eglise en dialogue avec le monde

Autres langues:
Lire l’article Accéder au menu

Monde \ Politique

Venezuela : arrestations de deux leaders de l'opposition

Antonio Ledezma, maire de Caracas a été arrêté chez lui la nuit dernière par des membres de la police politique du régime. - AP

01/08/2017 18:21

(RV) Entretien - Le président du Venezuela durcit le ton contre l’opposition. Un jour après l’élection contestée de l’assemblée constituante, Nicolas Maduro a fait arrêter deux figures de proue du mouvement contestataire : le maire de Caracas, Antonio Ledezma, et le fondateur du parti Voluntad Popular, Leopoldo Lopez.

Tous deux étaient déjà en résidence surveillés, à leur domicile. Des membres de la police politique du régime les ont interpellés chez eux, dans la nuit de lundi à mardi. Selon la Cour suprême, les deux hommes cherchaient à fuir le pays.

Ces deux arrestations s’ajoutent à une longue liste d’interpellations d’opposants. Elles ont provoqué la condamnation notamment de l’Union européenne qui y voit une menace pour la démocratie. Bruxelles avait, la veille, critiqué l’élection de la constituante. Washington a également exprimé son inquiétude. Le haut-commissaire des Nations unies pour les droits de l’Homme s’est dit aussi «profondément inquiet» de ces arrestations.

Alina Tufari, de la rédaction hispanique, a contacté la fille du maire de Caracas, Vanessa Ledezma, actuellement résidente en Italie. Elle revient sur l’arrestation de son père :

«Oui, malheureusement, ce matin, nous nous sommes réveillés avec cette nouvelle bouleversante : à minuit 45, un groupe armé de la police politique a fait irruption chez lui pour l’emmener en prison. Ils ont usé de violence alors qu’il était encore en pyjama. Il n’y a pas eu de médiation. Ils n’ont pas dit pourquoi ni où ils l’emmenaient. Nous ne savons vraiment rien. Je ne sais pas s’il va bien, s’il est encore en vie, s’il est torturé.

Je lance un appel au Venezuela et à la communauté internationale : agir avec force contre le dictateur Nicolas Maduro. Pas contre le peuple qui a soif de justice et de liberté mas contre un régime dictatorial qui tue chaque jour le peuple du Venezuela. Et je tiendrai pour responsable le dictateur, Maduro, de l’intégrité physique et moral de mon père. Nous ne nous rendrons jamais. Ce n’est qu’en avançant qu’on rendra la liberté au Venezuela, à mon père et à tous les prisonniers politiques.»

(AT-XS-MA)

 

01/08/2017 18:21