Social:

RSS:

Radio Vatican

La voix du Pape et de l'Eglise en dialogue avec le monde

Autres langues:
Lire l’article Accéder au menu

Monde \ Politique

Iran : le président Rohani entame officiellement son second mandat

Hassan Rohani entame un second mandat présidentiel à la tête de l'Iran. - ANSA

07/08/2017 07:15

(RV) Entretien - Le président iranien Hassan Rohani a entamé officiellement son second mandat. Son élection a été approuvée par le guide suprême, l'ayatollah Ali Khamenei, jeudi 3 août 2017, lors d'une cérémonie officielle. Et il a prêté serment ce samedi 5 août 2017 devant le Parlement alors que son pays venait d’être frappé par de nouvelles sanctions américaines. Elles concernent les Gardiens de la révolution, le programme balistique de Téhéran, la situation des droits de l'Homme et le soutien de l'Iran à des groupes comme le Hezbollah libanais considérés comme terroristes par les Etats-Unis.

Téhéran a dénoncé une «violation» de l’accord sur le nucléaire conclu en 2015 et menacé les Etats-Unis de mesures de rétorsion. Pour Abbas Araghchi, le vice-ministre iranien des affaires étrangères, il s’agit pour Washington «de faire peur aux grandes compagnies et d’empêcher qu’elles coopèrent avec l’Iran». Le Parlement iranien examine actuellement un projet visant à renforcer le programme balistique de l’Iran et les forces Al-Qods des gardiens de la révolution, armée d’élite du régime, «pour lutter contre les actions de Washington».

Après un premier mandat marqué par la conclusion de l’accord sur le nucléaire, sous l’administration Obama, ce second mandat du président iranien doit être celui des retombées économiques, de l’ouverture du pays. Comment Hassan Rohani va-t-il y parvenir ? Ces sanctions américaines et la politique affichée par Donald Trump à l’égard de l’Iran peuvent-elles présager d’un retour en arrière ou d’un changement dans le choix des partenaires ? Eléments de réponse avec Amélie Chelly, sociologue et chercheur associée au CADIS, spécialiste de l’Iran et des islams politiques, auteur de l’ouvrage Iran, autopsie du chiisme politique aux éditions du Cerf :

Conclu en juillet 2015 entre Téhéran et les grandes puissances (Etats-Unis, France, Royaume-Uni, Russie, Chine et Allemagne), l’accord nucléaire prévoit que l’Iran limite son programme nucléaire à des usages civils en échange de la levée progressive des sanctions internationales.

(HD-MA)

07/08/2017 07:15