Social:

RSS:

Radio Vatican

La voix du Pape et de l'Eglise en dialogue avec le monde

Autres langues:
Lire l’article Accéder au menu

Eglise \ Vie de l'Eglise

Radio Vatican : Le départ d’Albert Mianzoukouta

M. Albert Mianzoukouta (Ph. JP Bodjoko) - RV

07/08/2017 12:22

(RV) « Le départ d’Albert Mianzoukouta », ce n’est probablement pas le titre qui convient. J’aurais aimé à la place : “Pour remercier un collègue”. Mais mon intention majeure est ailleurs.

Le 31 juillet 2017 est une date qui marque la fin de service à Radio Vatican pour Albert Mianzoukouta, de la Rédaction Français-Afrique. Un parcours de 26 ans passés dans cet organe de presse de l’Eglise universelle, la « Radio du Pape ». 26 ans, c’est toute une vie, c’est toute une génération. Notre confrère nous quitte en ayant accompli d’immenses services pour nos auditeurs et pour le Saint-Siège. Pourtant, il pouvait encore bien continuer à être parmi nous. Mais les impératifs et les circonstances de la vie ont eu raison sur la volonté d’être à Rome, en Italie, à Radio Vatican. Une décision évidemment pas facile à prendre.

Que de souvenirs, que des choses apprises en côtoyant pendant toutes ces années, non seulement les collègues de service, mais aussi tout ce monde qui passe par Radio Vatican : Cardinaux, évêques, prêtres, chefs d’Etat, ministres, députés,  différentes personnalités du monde de la culture, artistes musiciens, fidèles chrétiens ou non, etc.

Albert Mianzoukouta a été pour nous « immense », par sa stature physique mais surtout par sa capacité du travail et de relation humaine. Cet homme, qui n’est pas entré dans le métier du journalisme par infraction, savait en effet produire, que ce soit en mission de service (comme l’a témoigné notre consœur Marie Duhamel) ou dans le desk, des services de qualité, et ainsi contribuer efficacement à la marche de la rédaction qui savait compter sur son sens de sacrifice et d’altruisme. Il savait détendre l’atmosphère au sein du groupe avec ses blagues et grand sourire, surtout pendant les « heures de pointe » qui précèdent l’entrée au studio.

Ma rencontre avec cet homme à la démarche posée et calme, remonte à 1993, lors de mon premier passage à Radio Vatican. Il me parlait alors, dans ses blagues et anecdotes, du « Royaume », en référence au Royaume Kongo, pour sous-entendre que son pays n’avait rien à envier au Zaïre de Mobutu. Et quand il s’agissait de parler de son Congo natal, il soutenait avec humour que c’était le « vrai Congo », surtout lorsque les voisins d’en-face lui parlaient du « Grand Congo » (République démocratique du Congo). C’est donc dans ce « vrai Congo » que notre confrère va continuer son métier de journaliste. Un peu une sorte de retour à la case départ, mais à un autre niveau, après toutes les expériences qu’il a accumulées pendant son séjour à Rome. Il rejoint de nouveau la « Semaine Africaine » d’où il est parti pour Radio Vatican, pour en prendre la direction, en même temps que la direction de Radio Magnificat de l’archidiocèse de Brazzaville. La « Semaine Africaine, a-t-il dit pour exprimer sa reconnaissance, c’est le journal qui m’a mis le pied à l’étrier ».

Et si Albert a eu le temps de remercier ses collègues qui étaient nombreux à lui dire au-revoir, le 3 août 2017, lors de la cérémonie d’au-revoir organisée par sa rédaction, en présence de Mgr Lucio Ruiz, Secrétaire du Secrétariat pour la Communication, nous profitons aussi par ces quelques lignes pour le remercier, à haute voix, au nom de toute l'équipe du Service Français-Afrique, pour ce qu’il a été pour nous.

De toute façon, il sait qu’il nous quitte sans nous quitter. Ce n’est qu’un « arrivederci », comme disent les italiens ; car souvent, on se rencontre pour se séparer et on se sépare pour se rencontrer.

Jean-Pierre Bodjoko, SJ

Responsable de la Rédaction Français-Afrique

Radio Vatican

07/08/2017 12:22