Social:

RSS:

Radio Vatican

La voix du Pape et de l'Eglise en dialogue avec le monde

Autres langues:
Lire l’article Accéder au menu

François \ Documents

Le Pape propose des initiatives concrètes pour les migrants et réfugiés

Le Pape François lors de sa visite à Lampedusa, en juillet 2013 - AFP

21/08/2017 11:16

(RV) Comment mieux accueillir, protéger, promouvoir et intégrer les migrants et les réfugiés? C’est la question à laquelle répond le Pape François, dans un message publié ce lundi 21 aout, à l’occasion de la Journée mondiale du migrant et du réfugié, le 14 janvier prochain. Accueillir, protéger, promouvoir et intégrer : quatre verbes «fondés sur les principes de la doctrine de l’Eglise», rappelle le Saint-Père, en soulignant sa «préoccupation spéciale concernant la triste situation de nombreux migrants et réfugiés» durant son pontificat. 

Le père Michael Czerny, sous-secrétaire de la section Migrants et Réfugiés du Dicastère pour le Service du Développement humain, décrypte ce message du Pape.

Accueillir

Pour accueillir, il faut d’abord offrir  «de plus grandes possibilités d’entrée sure et légale dans les pays de destination» explique François, alors que les drames en Méditerranée sont nombreux pour ceux qui tentent de rejoindre l’Europe par la mer. Une entrée sure et légale signifie davantage de visas humanitaires et de visas pour le regroupement familial, précise le Pape. «Je souhaite qu’un plus grand nombre de pays adoptent des programmes de patronage privé et communautaire et ouvrent des corridors humanitaires pour les réfugiés les plus vulnérables» est-il écrit dans ce message.

En plus de ces visas humanitaires et pour regroupement familial, il «serait opportun de prévoir des visas temporaires spéciaux pour les personnes qui fuient les conflits dans les pays voisins» ajoute François, dénonçant les expulsions «collectives et arbitraires», qui «ne constituent pas une solution adéquate» surtout si elles se font en direction de pays qui ne respectent pas les droits de l’homme.

La sécurité personnelle doit passer avant la sécurité nationale, pour le Pape, rappelant le principe de la centralité de la personne humaine, cher à Benoit XVI. Il faut donc «former adéquatement le personnel préposé aux contrôles de frontière». Enfin, il est préférable de trouver d’autres solutions à la détention, précise François, pour ceux qui entrent sur le territoire national sans autorisation.

Protéger

Accueillir mais aussi protéger, rappelle le Saint-Père qui décline quelques pistes : mettre à «disposition des informations sures et certifiées avant le départ» dans le pays d’origine, et mettre l’accent «dans la prévention contre les pratiques de recrutement illégal.» Dans le pays de destination ensuite, protéger signifie assurer «une assistance consulaire adéquate, le droit de garder toujours avec soi les documents d’identité personnels, un accès équitable à la justice, la possibilité d’ouvrir des comptes bancaires personnels, et la garantie d’une subsistance minimum vitale.» Les migrants et les réfugiés doivent pouvoir travailler, et pour ceux qui retournent chez eux, il est nécessaire de mettre en place «des programmes de réinsertion professionnelle et sociale

Le Pape François évoque aussi la situation des mineurs isolés : pour eux, il est important «de prévoir des programmes de garde temporaire ou de placement.»

Promouvoir

Permettre à tous ces migrants et réfugiés de «se réaliser en tant que personnes» fait aussi partie des principes de la doctrine de l’Eglise précise le Saint-Père. Il faut pour cela garantir à tous les étrangers la liberté de profession et de pratique religieuse ; la possibilité de travailler, des parcours de formation linguistique et de citoyenneté active ainsi qu’une information appropriée dans leurs langues d’origine. Le Pape souligne aussi l’importance de la famille, et pour cela, le regroupement familial doit être favorisé «sans jamais le soumettre à des capacités économiques

«Je souhaite que dans la distribution de ces aides (internationales) soient pris en compte les besoins des pays en développement qui reçoivent d’importants flux de réfugiés et de migrants» ajoute François dans son message.

Intégrer

Enfin, le dernier verbe «se place sur le plan des opportunités d’enrichissement interculturel général.» Intégration ne veut pas dire assimilation, avertit le Pape, «qui conduit à supprimer ou à oublier sa propre identité culturelle», comme le rappelait Jean-Paul II, dans son Message pour la Journée 2005. Pour faciliter l’intégration, le pape suggère un parcours de régularisation extraordinaire pour des migrants qui peuvent faire valoir une longue présence dans le pays. Autre suggestion, diffuser «les bonnes pratiques d’intégration» et développer «des programmes visant à préparer les communautés locales» à ce processus.

Besoin de la contribution de la communauté politique

L’Eglise est disponible «pour s’engager en première ligne en vue de réaliser toutes les initiatives proposées plus haut.» Mais souligne le Pape, la contribution de la communauté politique et de la société civile est indispensable. «Les Etats se sont engagés à rédiger et à approuver avant la fin de l’année 2018 deux accords globaux, l’un consacré aux réfugiés et l’autre concernant les migrants» rappelle François, qui souligne que les prochains moins sont une opportunité «privilégiée» pour présenter et soumettre les «actions concrètes» proposées dans ce message. 

Préoccupation du Pape

Ces quatre verbes, accueillir, protéger, promouvoir, intégrer avaient deja été au coeur d'une intervention du Pape François, à l'occasion du sixième forum international sur les migrations et la paix, qui s’était ouvert à Rome en février dernier. A cette occasion, le Saint-Père avait livré de nouvelles clés pour mieux accueillir et intégrer les migrants aujourd’hui.

Le Pape François a rappelé sa préoccupation quant à la situation des migrants depuis le début de son pontificat. Il s'était d'ailleurs rendu à Lampedusa, le 8 juillet 2013. Dernièrement, François a par exemple apporté son soutien au portail infomigrants.net, un flux d’informations pour les migrants réalisé par l’agence italienne avec ses partenaires européens, France Médias Monde (qui regroupe RFI, France 24 et Monte Carlo Doualiya), et son équivalent allemand, Deutsche Welle. 

(SB)

21/08/2017 11:16