Social:

RSS:

Radio Vatican

La voix du Pape et de l'Eglise en dialogue avec le monde

Autres langues:
Lire l’article Accéder au menu

Monde \ Société

Tensions à Rome autour des expulsions de migrants

Des migrants expulsés à coup de jets d'eau par la police, le 24 août 2017 à Rome. - ANSA

25/08/2017 19:31

(RV) L’expulsion jeudi par la police des migrants d’une place romaine, la Place de l’Indépendance, suscite une intense polémique en Italie, où une manifestation est prévue ce samedi pour protester contre le traitement des migrants.

L’Église est également très présente dans ce débat. Pour Mgr Paolo Lojudice, évêque auxiliaire de Rome Sud, «ce qui reste, c’est une image de grande peine, de grande tristesse. Devoir intervenir de cette façon à l’égard de quelqu’un qui, entre guillemets, avait été précédemment accueilli, cela laisse clairement une grande amertume (…)». Reconnaissant toutefois que «la police fait son travail», il dit craindre que la situation n’empire, et que suite à cette expulsion, d’autres zones de Rome soient concernées. «J’espère au moins que l’expérience, même négative, nous aide, nous éduque en général, comme collectivité et comme communauté chrétienne.»

Lorenzo Chiavalazzi, responsable immigration de la Caritas de Rome, dresse un tableau incertain pour le futur. «Aujourd’hui, tout est plus difficile, parce que les esprits sont exaspérés, les personnes sont très énervées, et il y a des situations de forte conflictualité. Ce que nous souhaitons, c’est qu’il y ait des tables de rencontre avec les communautés, surtout face aux autres situations similaires, pour faire en sorte de ne pas arriver à ces modalités d’expulsion», affirme-t-il.

Les associations actives auprès des migrants, notamment dans l’assistance médicale, témoignent d’une situation traumatisante pour les personnes les plus fragiles, notamment les femmes enceintes et les enfants. «Les enfants sont effrayés et en souffrance en raison de tout ce qui se passe autour d’eux, parce qu’un enfant n’a pas la capacité de comprendre les raisons des adultes. Et c’était justement pour les femmes et les enfants que nous sommes allés là pour chercher à comprendre quel type de réconfort on pouvait apporter dans une situation, qui toutefois, maintenant, a clairement dégénéré», regrette un membre de l’association "Médecine solidaire", interrogé par nos confrères italiens de Radio Vatican.

(CV)

25/08/2017 19:31