Social:

RSS:

Radio Vatican

La voix du Pape et de l'Eglise en dialogue avec le monde

Autres langues:
Lire l’article Accéder au menu

Pour approfondir \ Presse Catholique Africaine

La revue de la presse catholique africaine, Dimanche 27 août 2017

R - RV

26/08/2017 16:34

Cette revue de la presse catholique africaine  nous emmène d’abord au Bénin où LA CROIX DU BENIN nous apprend le décès, le mardi 22 août, jour de mémoire de la Vierge Marie Reine, de monseigneur Nestor Assogba, Archevêque émérite de Cotonou qui avait  88 ans. Né le 21 février 1929, ordonné prêtre le 21 décembre 1957 au diocèse d’Abomey, indique le journal, monseigneur Nestor Assogba a été évêque du diocèse de Parakou de 1976 à 1999  et fut ensuite transféré à Cotonou dont il devint l'Archevêque. En 2005, il avait remis sa démission au Pape pour prendre sa retraite. Sa devise épiscopale était In finem dilexit , "il les aima jusqu'à la fin".

Par ailleurs, LA CROIX DU BENIN nous annonce également que la paroisse saint Michel-Gbéto a abrité, le samedi 12 Août 2017, un concert gospel de 2h animé par les chorales saint Pierre d’Osny de France et sainte Geneviève du Bénin. L’objectif des organisateurs, indique le journal était de célébrer la fraternité, l’amour et la foi tout en donnant de la voix pour aider les pauvres. C’est aussi, poursuit LA CROIX DU BENIN, la noble cause défendue par le chœur bénévole Saint Pierre d’Osny qui, à partir des concerts spirituels, lève des fonds pour soutenir les hôpitaux béninois en équipement de soins médicaux,  assiste les enfants démunis et pourvoie les bibliothèques de la place de livres instructifs.

Au Congo Brazzaville, LA SEMAINE AFRICAINE, nous révèle le 23 aout qu’à l’occasion de la présentation du livre, publié à titre posthume, de Mgr Benoît Gassongo:«Conquête, résistance et terreur en Afrique équatoriale française. Un passé colonial oublié du Bassin de l’Alima-Nkéni 1911-1946», l’abbé Brice Armand Ibombo, historien et secrétaire général de la Conférence épiscopale du Congo, a retracé la vie et l’œuvre de l’évêque défunt, émérite du diocèse d’Owando. Parlant des points qui ont caractérisé la vie de Mgr Benoît Gassongo comme prêtre, fait savoir le journal, l’abbé Brice Armand Ibombo a fait savoir que Mgr Gassongo était un éducateur, un pédagogue, un écrivain et enfin un historien. Mgr Benoît Gassongo a été ordonné prêtre en 1946. Parmi ses compagnons de promotion d’ordination figure notamment l’abbé Fulbert Youlou, le premier président de la République du Congo et Mgr Théophile Mbemba le premier archevêque congolais de Brazzaville. La mission de  Mgr Benoît Gassongo disait-il, était de former des hommes utiles à la société. Ce qui l’avait poussé par la suite dans la lignée des missionnaires à ouvrir des écoles partout où il est passé dans les pays Mbosi ou dans le Bassin Alima-Nkéni et à Brazzaville.  Son talent d’historien se révèle dans les trois ouvrages qu’il a publiés à savoir «Mgr Augouard et l’implantation du christianisme au Congo 1881-1921»; «Otweré, la judicature ancestrale des Mbosi» et «Conquête, résistance et terreur en Afrique équatoriale française. Un passé colonial oublié du Bassin de l’Alima-Nkéni 1911-1946».

Sur un autre registre, LAKROA DE MADAGASCAR nous renseigne que la caisse Nationale de Prévoyance Sociale, qui a pour mission de gérer les prestations en termes de sécurité sociale,  a implanté une nouvelle antenne dans la ville de Vohémar le jeudi 24 août, poursuivant ainsi sa politique de proximité.

Par ailleurs, LAKROA DE MADAGASCAR nous annonce également que le président de la république de Madagascar a pris un décret en conseil des ministres constatant la désignation des 33 membres du Conseil du Fampihavanana Malagasy. Les 33 membres de ce conseil vont principalement, pendant cinq ans, conduire le processus de réconciliation nationale en mettant en œuvre les dispositifs prévus à cette fin, conformément à la loi. LAKROA DE MADAGASCAR nous précise que ces 33 personnalités ont été choisies en raison de leur qualité morale, leur intégrité, leur refus du népotisme sous toutes ses formes, leur sens de la Justice, du devoir, du bien public et de l’intérêt général, leur compétence et leur connaissance réelle de Madagascar ainsi que leur capacité à transcender les clivages de toute nature.

Patrick Ndungidi,  Radio Vatican/Français-Afrique

26/08/2017 16:34