Social:

RSS:

Radio Vatican

La voix du Pape et de l'Eglise en dialogue avec le monde

Autres langues:
Lire l’article Accéder au menu

Vatican \ Activités

Le cardinal Parolin réagit aux expulsions de migrants à Rome

Le cardinal Parolin interrogé par les journalistes à Rimini. - ANSA

26/08/2017 16:39

(RV) Les images de l’expulsion de migrants d’une place de Rome continuent à susciter de vifs débats en Italie. L’évêque auxiliaire de Rome, Mgr Paolo Lojudice, avait exprimé vendredi sa «grande tristesse».

Pour le Secrétaire d’État du Saint-Siège, le cardinal Pietro Parolin, interpellé sur la question en marge de sa visite au Meeting de Rimini organisé par le mouvement "Communion et Libération", a déclaré que «ce sont des images qui naturellement ne peuvent que provoquer consternation et douleur, surtout pour la violence qui s’est manifestée, et la violence n’est acceptable d’aucune partie». Pour le cardinal, «il y a la possibilité de faire un peu mieux, de faire les choses bien», comme «cet engagement à trouver pour ces personnes des habitations alternatives». «S’il y a de la bonne volonté, a-t-il observé, on peut trouver les solutions sans arriver à ces manifestations si désagréables», estime-t-il. Le cardinal, dans son intervention, a déclaré qu’il considère comme un devoir des responsables politiques de rechercher une solution alternatives à la «migration massive» aussi en Italie, et qu’il pense à «un projet qui puisse éviter des désordres et des infiltrations de personnes violentes parmi ceux qui accueillent». «Mais n’oublions pas, au moins nous, que ces femmes, hommes et enfants sont en ce moment nos frères», a-t-il souligné.

Le père Camillo Ripamonti, directeur du Centre Astalli, met en avant les failles du système italien d’accueil. «Ces dernières années, nous nous sommes concentrés de façon prioritaire sur l’accueil, donc sur la première partie de l’arrivée de ces personnes, aussi en investissant beaucoup d’argent, en faisant beaucoup de polémique sur cet aspect, en oubliant ensuite l’aspect peut-être le plus important : l’intégration», dénonce-t-il. Il regrette notamment que les personnes qui sortent des centres d’accueil après six mois ou un an soient trop souvent livrées à elles-mêmes.

(CV)

 

26/08/2017 16:39