Social:

RSS:

Radio Vatican

La voix du Pape et de l'Eglise en dialogue avec le monde

Autres langues:
Lire l’article Accéder au menu

Pour approfondir \ Méditation Dominicale

Méditation 22ème dimanche ordinaire. Année A

Rigobert Kyungu, SJ - RV

02/09/2017 19:42

Le Père jésuite Rigobert Kyungu nous introduit à la médiation avec les lectures du 22ème Dimanche du Temps Ordinaire.«La messianité de Jésus ne se limite pas aux gestes spectaculaires qu’il pose. Elle est plutôt et davantage dans le don de lui-même pour sauver l’humanité, et dans le renoncement radical à soi.»

( RV) Frères et sœurs, les lectures de ce dimanche nous invitent à accepter de porter notre croix dans notre vie chrétienne. Dans la première lecture, Jérémie exprime sa souffrance et ses épreuves alors qu’il est au service du Seigneur. Il découvre que l’appel du Seigneur comporte une bonne part de souffrance ; il est objet de l’insulte et de la moquerie des autres. Mais au même moment il expérimente une force intérieure qui le pousse à dénoncer la violence et le mal. Les moqueries et insultes dont il fait l’objet ne peuvent arrêter la force intérieure qui le porte.

 Dans la deuxième lecture saint Paul nous exhorte à ne pas nous conformer au monde et à ses usages. Dans l’évangile, Jésus affirme aussi qu’il ne sert à rien de gagner le monde au prix de sa vie. Porter sa croix c’est donc savoir s’éloigner du monde et des plaisirs qu’il offre. Saint Paul nous invite non pas à fuir le monde mais à ne pas le prendre pour modèle, et à savoir plutôt discerner la volonté de Dieu, afin de toujours l’accomplir.

 En effet, le monde qui est le lieu de notre sanctification est aussi à la fois le lieu où le Malin cherche à nous détourner de la volonté de Dieu. Le Malin attire à travers l’apparence des richesses, la distraction dans les plaisirs et les honneurs vains du monde, et finalement par l’orgueil. Et ainsi, il mène peu à peu, non pas à la vie, mais à la mort. Par contre, le Seigneur lui, cherche à nous arracher des mains du Malin pour nous donner la vie en abondance. Et la croix s’avère être un passage incontournable vers la vie éternelle, et la gloire de Dieu.

 Dans l’évangile de ce jour, Pierre ne se montre pas prêt à accepter le chemin du renoncement aux gloires mondaines. Et Jésus déclare clairement que c’est Satan qui parle à travers Pierre. En effet, Pierre et les disciples ignoraient que la messianité de Jésus ne se limite pas aux gestes spectaculaires qu’il pose mais qu’elle est plutôt et davantage dans le don de lui-même pour sauver l’humanité, et dans le renoncement radical à soi. Qui perd sa vie la sauvera, dit Jésus. Et il en donnera l’exemple en mourant sur la croix, par amour pour l’humanité.

 Frères et sœurs, on ne peut suivre Jésus sans prendre sa croix. Le Seigneur qui nous appelle en nous proposant la croix, ne peut nous imposer une croix au-delà de nos forces. N’a-t-il pas dit que son joug est facile à porter et son fardeau léger ? Par-delà la croix, il y a toujours la résurrection à l’horizon. En annonçant sa mort aux disciples, Jésus a clairement affirmé qu’il ressuscitera au troisième jour. Et à la fin du passage de l’évangile d’aujourd’hui, il annonce qu’il va revenir dans la gloire, entouré de ses anges. En dépit des épreuves que nous endurons, et des possibles sollicitations du Malin, la victoire et la gloire appartiennent toujours au Seigneur. Dans cette confiance, demandons frères et sœurs, la grâce de porter notre croix avec foi, espérance et amour.

CM 

02/09/2017 19:42