Social:

RSS:

Radio Vatican

La voix du Pape et de l'Eglise en dialogue avec le monde

Autres langues:
Lire l’article Accéder au menu

François \ Activités

Audience générale: le Pape revient sur son voyage en Colombie

Le Pape embrasse un enfant lors de l'audience générale du 13 septembre 2017. - REUTERS

13/09/2017 12:57

(RV) Lors de l’audience générale de ce matin, Place Saint-Pierre, le Pape est revenu sur son voyage en Colombie. François était rentré lundi à Rome, avec un œil au beurre noir dû à un petit accident dans la papamobile dimanche à Carthagène, mais aussi et surtout avec dans sa mémoire le souvenir des foules immenses qui l’avaient accueilli chaleureusement dans les quatre villes qu’il a visitées, Bogotà, Villavicencio, Medellin et Carthagène.

Cyprien Viet revient sur cette intervention du Pape François.

«Un peuple joyeux malgré les nombreuses souffrances, un peuple avec de l’espérance» : c’est ainsi que le Pape François a défini le peuple colombien qu’il a remercié pour son accueil affectueux tout au long des cinq journées de ce voyage. Le Pape a notamment rappelé son émotion en voyant les nombreux enfants que des parents lui tendaient avec fierté pour qu’il les bénisse. «Je me suis dit : un peuple capable de faire des enfants, et capable de les faire voir avec fierté, avec espérance, ce peuple a de l’avenir», a confié le Saint-Père.

Venu marcher sur les pas de Paul VI et de Jean-Paul II, dans «une continuité fortement animée par l’Esprit, qui guide les pas du peuple de Dieu sur les routes de l’histoire», François s’est réjoui de voir s’ouvrir un processus de réconciliation dans ce pays traumatisé par une longue guerre civile. «Avec ma visite j’ai voulu bénir l’effort de ce peuple, le confirmer dans la foi et dans l’espérance, et recevoir son témoignage, qui est une richesse pour mon ministère et pour toute l’Église», a expliqué le Saint-Père.

«Il est évident que le Malin a voulu diviser le peuple pour détruire l’œuvre de Dieu, mais il est aussi évident que l’amour du Christ, son infinie miséricorde, est plus forte que le péché et la mort».  Le Pape est notamment revenu sur la rencontre pour la Réconciliation nationale devant le Christ de Bocayà, «sans bras et sans jambe, mutilé comme son peuple», suite à un attentat survenu dans une église en 2002. «Miséricorde et vérité se rencontrent, justice et paix s’embrassent», a répété le Pape, reprenant les paroles du Psaume 85. La vraie révolution n’est pas idéologique mais évangélique, a enfin insisté François en prenant l’exemple de saint Pierre Claver, l’évangélisateur des esclaves. «S’incliner, toucher la chair du frère blessé et abandonné, et le faire le Christ qui est devenu esclave pour nous», est le chemin pour « construire ensemble, jour après jour, la paix dans l’amour, dans la justice et dans la vérité.»

Au terme de l’audience, le Pape a exprimé aux pèlerins italiens sa «proximité spirituelle à ceux qui souffrent à cause de l’inondation qui a frappé le territoire de Livourne. Nous prions pour les morts et les blessés, pour leurs proches, et pour ceux qui sont dans l’épreuve». Dimanche, des inondations avaient fait 6 morts dans cette ville portuaire de Toscane.

(CV)

 

 

 

13/09/2017 12:57