Social:

RSS:

Radio Vatican

La voix du Pape et de l'Eglise en dialogue avec le monde

Autres langues:
Lire l’article Accéder au menu

Eglise \ Vie de l'Eglise

Le nonce en RDC inquiet pour les populations du Kasaï

Trafic ralenti sur la rivière du Kasat en raison de l'insécurité, le 28 juillet 2017. - AFP

15/09/2017 18:31

(RV) La situation humanitaire dans la région du Kasaï, au centre de la République Démocratique du Congo est toujours préoccupante. Le nonce apostolique dans le pays, Mgr Luis Mariano Montemayor y a effectué il y a quelques jours une visite, au chevet des populations les plus vulnérables. Depuis plus d’un an, la violence qui sévit dans la région, après l’assassinat par l’armée d’un chef coutumier est devenue endémique. Plus de 3000 personnes ont été tuées et 1,5 millions de personnes se sont déplacées. De retour de la région, Mgr Montemayor a décrit des populations qui n’ont pu avoir aucune aide humanitaire, alimentaire notamment. Mais c’est surtout les blocages politiques qu’il dénonce. Olivier Bonnel

Mgr Montemayor est venu constater de ses yeux les besoins d’une population qui manque de tout, en particulier dans le diocèse de Luisa, dans le sud du Kasaï. L’état des enfants mal nourris est triste se lamente-t-il, et l’Eglise est parfois le seul acteur sur place à même de fournir une aide, notamment à travers des centres de nutrition financés directement par le Pape François. Pourquoi le Pape doit-il lancer des appels pour sauver la population alors que les autorités locales restent muettes, s’interroge le diplomate du Saint-Siège, qui dénonce une politique qui marche à l’envers

«Elle impose sa juridiction militaire ou fiscale, mais elle ne se préoccupe pas d’assurer les services essentiels à la population, dit-il : l’éducation, la santé, la sécurité. Et cela est une des caractéristiques de l’état congolais, qui est aussi un héritage de l’époque coloniale».

Peu habitué à mâcher ses mots, Mgr Montomayor, dénonce un état congolais «prédateur de son propre peuple». Une phrase lourde de sens dont l’objectif est de réveiller les consciences, mais qui ne vise personne en particulier explique-t-il. «Il s’agit d’une catégorie de la sociologie politique», précise-t-il.

Car pour le nonce argentin, les Congolais vivent dans un pays frappé par la paralysie. Mgr Montemayor exhorte ainsi la classe politique kassaïne à changer d’attitude, tout comme au plus haut sommet de l’état pour enfin en finir avec les souffrances endurées par la population. Dans un entretien à Radio Okapi, la radio financée par la mission de l’ONU à Kinshasa, il rappelle aussi qu’une visite du Pape François en RDC, un temps annoncée, n’est pas au menu tant que le dialogue politique n’aura pas débouché sur des élections. (MD-OB)

15/09/2017 18:31