Social:

RSS:

Radio Vatican

La voix du Pape et de l'Eglise en dialogue avec le monde

Autres langues:
Lire l’article Accéder au menu

Pour approfondir \ Méditation Dominicale

Méditation 26ème dimanche ordinaire. Année A

S

30/09/2017 20:07

Le Père Joseph Ballong nous introduit à la médiation avec les lectures du 26ème Dimanche du Temps Ordinaire.  « Se convertir, c’est chercher la justice. Faire la volonté du Père, c’est s’efforcer de devenir  juste. »

( RV) Que nos actes soient en conformité avec nos paroles.

Dans l’Evangile de ce dimanche, Jésus nous explique que les actes sont plus importants que les déclarations. Mieux vaut réaliser quelque chose que de réunir une commission. Curieusement, la première lecture constitue un défi. Car, dans l’oracle du prophète Ezéchiel, Dieu se trouve mis en accusation. Les juifs  lui reprochent de mal juger, de punir à tort et à travers. Dieu se défend en disant que son intention n’est pas la mort du pécheur mais sa conversion. Dieu ensuite contre-attaque et motive sa sévérité par les péchés du peuple .C’est de vous que vient le mal et pas de moi, répond en substance Dieu. Vos paroles sont sans doute des protestations de fidélité mais vos actes ne suivent pas. Changez vos cœurs et vous verrez les événements du monde changer aussi. On pourrait dire qu’il y a visiblement un malentendu quelque part. Chacun accuse l’autre. Ce malentendu, l’Evangile le dissipe. Jésus, en effet, dît clairement que ce sont les actes  qui ont de  l’importance aux yeux de       Dieu et non pas les paroles ou les seules intentions. A l’appui de son affirmation, il raconte cette parabole des deux fils dont l’un dit oui à son Père mais ne fait rien tandis que l’autre proteste mais obéit.

Jésus va plus loin encore lorsqu’il affirme que les prostituées et les publicains nous précèdent dans le royaume. L’acte positif qui est mis au crédit des pécheurs, c’est leur écoute de Jean Baptiste, leur foi en Jésus et, finalement leur conversion. Faire le travail de Dieu, c’est d’abord se convertir et croire en Jésus. «  La vie éternelle, dira  Jean,  c’est de croire en Celui qui m’a envoyé, JC »

Se convertir, c’est chercher la justice. Faire la volonté du Père, c’est s’efforcer de devenir  juste. Jésus par son sacrifice, c’est l’Apôtre Paul qui le souligne dans la deuxième lecture de ce dimanche, rétablira la justice brisée par nos péchés. Il ira jusqu’au bout de l’obéissance. Il travaillera efficacement  à établir  le règne de Dieu, il fera sa volonté.

En participant à la messe en ce dimanche, nous célébrons justement cette obéissance de Jésus mourant sur la croix. En célébrant ce sacrifice de la Croix, nous nous engageons à poursuivre l’œuvre de Jésus cherchant à réconcilier les hommes  avec son Père et entre eux ; par son sacrifice il a détruit  le mur de séparation. En célébrant  son sacrifice nous nous unissons à l’action de Jésus qui nous réconcilie avec le Père et entre nous. En participant à ce sacrifice nous affirmons notre volonté de travailler à construire la paix.

Le problème est que nos actes suivent. Il ne suffit donc pas de célébrer cette paix que l’Agneau nous a acquise, ni d’échanger  le baiser de paix, ou encore mieux de chanter la paix que Jésus en naissant apporte sur la terre aux hommes de bonne volonté. Il faut aussi et surtout  que nous prenions notre  part du labeur et que nous devenions réellement  des artisans de paix et tous les jours et à chaque instant de notre vie.

CM

30/09/2017 20:07