Social:

RSS:

Radio Vatican

La voix du Pape et de l'Eglise en dialogue avec le monde

Autres langues:
Lire l’article Accéder au menu

Monde \ Politique

Le Nobel de la Paix pour la campagne d'abolition des armes nucléaires

Des Japonais survivants de la bombe atomique posent pour fêter l'attribution du prix Nobel à l'ICAN, le 6 octobre 2017. - AFP

06/10/2017 17:50

(RV) Entretien – Le prix Nobel de la Paix 2017 a été décerné ce vendredi 6 octobre à ICAN, la Campagne internationale pour l’abolition des armes nucléaires. Il récompense les efforts de cette coalition d’ONG qui pousse inlassablement à abandonner toutes les armes nucléaires à travers le monde. Ces efforts ont abouti avec la signature le 7 juillet dernier à l’Assemblée générale des Nations unies du Traité d’interdiction des armes nucléaires.

Ce prix Nobel est remis dans un contexte marqué par les tensions autour du programme nucléaire nord-coréen, qui se développe au mépris du droit international, et de celles, toujours vives, autour de l’Iran, l’Administration Trump se montrant très critique envers Téhéran.

La présidente du comité Nobel, Berit Reiss-Andersen, a expliqué que «nous vivons dans un monde où le risque que les armes nucléaires soient utilisées est plus élevé qu’il ne l’a été depuis longtemps». «Certains pays modernisent leurs arsenaux nucléaires, et le danger que plus de pays se procurent des armes nucléaires est réel, comme le montre la Corée du Nord.»

Patrice Bouveret, un des porte-paroles de ICAN France, exprime à Xavier Sartre la satisfaction de son organisation et le défi qu’il reste encore à relever pour atteindre son but : le bannissement mondial de toute arme nucléaire

Le principal fait d’arme de ICAN a été l’adoption le 7 juillet dernier par l’Assemblée générale de l’ONU du Traité d’interdiction des armes nucléaires, signé par 122 États. Cette coalition de 460 ONG, présente dans plus de cent pays, a mis en œuvre depuis 2007 un large travail de réflexion et de prise de conscience des conséquences humanitaires des armes nucléaires en cas d’emploi, d’usage par erreur ou par accident.

Conforté par ce prix Nobel de la Paix, ICAN va maintenant se concentrer pour que le maximum d’États ratifient le texte adopté le 7 juillet. L’étape suivante sera de convaincre les pays détenteurs de l’arme nucléaire, de cesser leurs pressions sur les États signataires du traité pour qu’ils ne le ratifient pas. Il s’agira aussi de les convaincre de renoncer à leur arsenal et de s’engager sur la voie du désarmement, ce qui s’annonce comme le plus difficile. 

(CV)

06/10/2017 17:50