Social:

RSS:

Radio Vatican

La voix du Pape et de l'Eglise en dialogue avec le monde

Autres langues:
Lire l’article Accéder au menu

Eglise \ Vie de l'Eglise

L'archevêque de Khartoum s'inquiète du tribalisme chez les réfugiés sud-soudanais

Des réfugiés sud-soudanais dans l'état du Nil Blanc, le 17 mai 2017. - AFP

23/10/2017 18:02

(RV) Alors que la guerre civile fait toujours rage dans le Soudan du Sud, l’archevêque de Khartoum ne cache pas ses inquiétudes suite aux récents affrontements ethniques dans les camps de réfugiés de la capitale soudanaise. « le tribalisme constitue un mal très grave et qu’il ne doit pas être toléré » a déclaré à l’agence Fides Mgr Michael Didi Adgum Mangoria. L’archevêque de la capitale a menacé de suspendre tout prêtre qui alimenterai les divisions ethniques. 

« Chaque communauté ethnique vit dans des lieux séparés mais elles se rencontrent aux puits où éclatent souvent des litiges entre deux ou trois personnes, qui dégénèrent ensuite en affrontements communautaires avant qu’il soit possible d’intervenir pour éviter l’escalade » explique Mgr Mangoria.

Il a par ailleurs fait part de sa tristesse lorsqu’il a appris que, dans l’un des camps, différentes communautés ethniques ont décidé de construire de petites cabanes pour se réunir pour le culte sur la base de leur affiliation tribale. Il leur a par suite déclaré que « si vous ne créez pas un lieu de prière commun à toutes les communautés, je n’enverrai pas de prêtres pour les services religieux.  

L’affrontement tribal au Soudan du Sud est alimenté par la guerre entre le président, Salva Kiir, un Dinka, et l’ancien Vice-président, Riek Machar, un Nuer. Plus de 2,2 millions de Soudanais du Sud ont fui les violences qui ravage le pays.  Actuellement, neuf camps d’accueil destinés aux réfugiés sud soudanais se trouvent dans la capitale soudanaise. (OB, avec Fides) 

23/10/2017 18:02