Social:

RSS:

Radio Vatican

La voix du Pape et de l'Eglise en dialogue avec le monde

Autres langues:
Lire l’article Accéder au menu

Eglise \ Vie de l'Eglise

En Syrie, le nonce veut relancer l’aide médicale gratuite

Vue d'un quartier du nord-est de Damas repris par les forces syriennes en mai 2017 - AFP

02/11/2017 17:53

(RV) Le cardinal Mario Zenari, nonce apostolique en Syrie, veut relancer l’opération «Hôpitaux ouverts» initiée il y a un an, en collaboration avec le Dicastère pour le service du développement humain intégral, a-t-il indiqué à l’agence AsiaNews, le 2 novembre 2017.

Ce programme de santé qui vise à offrir des prestations médicales totalement gratuites à tous les Syriens est nécessaire car d’un point de vue économique et social, «la situation reste difficile dans le pays», a expliqué le cardinal Zenari. Selon lui, tandis que les prix augmentent, la pauvreté concerne 75% de la population : soit 13 millions de Syriens, dont 6,3 millions en situation «excessivement vulnérable», d’après le Secrétaire général adjoint des Nations Unies aux affaires humanitaires, Mark Lowcock, qui s’est exprimé devant le Conseil de sécurité de l’ONU, le 30 octobre 2017.

«Deux tiers des médecins ont quitté le pays»

Au milieu des tirs de roquettes et des mortiers qui ne cessent de tomber à Damas depuis le début de la guerre il y a six ans, l’urgence sanitaire est toujours plus pressante. Dans les quartiers en état de siège, des enfants souffrent de malnutrition et les familles manquent de ressources basiques pour survivre, comme l'eau et l'électricité.

«Il faut donner de nouveaux moyens aux trois hôpitaux catholiques présents depuis plus de cent ans dans le pays», insiste le nonce, déplorant l’insalubrité de la moitié des structures hospitalières et le manque de médecins sur place. «Deux tiers d’entre eux ont quitté le pays», a-t-il signalé.

Soutenue par le Pape François et Mgr Giovanni Pietro Dal Toso, secrétaire délégué du Dicastère pour le service du développement humain intégral, l’initiative «Hôpitaux ouverts» vise à remettre en état l’hôpital Saint-Louis et l’hôpital italien situés à Damas, ainsi que l’hôpital Saint-Louis d’Alep. Le but : faire passer leur capacité opérationnelle, actuellement stagnante autour de 20-30%, à 90-100%.

La contribution du Bambino Gesù

Ces moyens supplémentaires seront mis en place en partie grâce au soutien des centre médicaux étrangers. Une équipe pédiatrique de l’hôpital pontifical pour enfants du Bambino Gesù à Rome doit venir renforcer le corps médical syrien sur place. La Fondation de l'Institut polyclinique universitaire Gemelli de Rome soutient également le programme.

«Nous sommes ouverts à l’aide de tous , médecins, infirmiers et techniciens», a lancé le cardinal Zenari, louant aussi le travail déjà conduit par Caritas Syrie.

(DA)

02/11/2017 17:53