Social:

RSS:

Radio Vatican

La voix du Pape et de l'Eglise en dialogue avec le monde

Autres langues:
Lire l’article Accéder au menu

Vatican \ Activités

Vatican : les priorités du symposium sur le désarmement nucléaire

Photo prise une heure après l'explosion de la bombe nucléaire en 1945 à Hiroshima. Des survivants de cette explosion seront présents au symposium. - AP

07/11/2017 11:05

(RV) «Perspectives pour un monde sans armes nucléaires et en faveur d’un désarmement intégral». Ainsi s’intitule le symposium organisé par le dicastère pour le Service du développement humain intégral, les vendredi 10 et samedi 11 novembre 2017, en salle du Synode au Vatican.

Parmi les personnalités attendues pour ce congrès figurent onze prix Nobel, des survivants du bombardement d’août 1945 à Hiroshima, de Hauts représentants de l’ONU, de la Croix rouge, de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), de l’OTAN, de la FAO, quelques ministres de la Défense, comme celui de République centrafricaine, et de nombreux diplomates russes, américains, sud-coréens et iraniens.

L’objectif du «désarmement intégral»

Dans un communiqué publié par la secrétairerie d'État, le cardinal Peter Turkson, préfet du dicastère pour le Service du développement humain intégral, a indiqué que «l'événement répond à la priorité du Pape François pour la paix et pour l'utilisation des biens de la création pour le développement et pour une juste qualité de vie pour tous, les individus comme les peuples, sans distinction». Mgr Bruno Marie Duffé, secrétaire du dicastère, avait lui souligné en septembre dernier l'importance de la «responsabilité morale des États» et du défi que constitue une «stratégie commune du dialogue», invoquée par le Saint-Père.

«L’humanité risque le suicide», avait déclaré le Pape, le 31 octobre dernier, lors de sa visite au siège du dicastère pour le service du développement humain intégral. Flaminia Giovanelli, sous-secrétaire de ce dicastère, avait alors expliqué sur l’antenne italienne de Radio Vatican, que ce congrès ferait suite à l’adoption du Traité sur l’interdiction des armes nucléaires, voté en juillet dernier, et signé par le Saint-Siège en septembre, «avec une grande conviction». De même qu’il s’inscrit dans le contexte de l’escalade de la crise nucléaire entre les États-Unis et la Corée du Nord.

Tout homme «est appelé à désarmer son propre cœur»

La réunion d’experts, qui ont été invités dans le but d’offrir une réflexion approfondie à ces thèmes , réservera donc un espace privilégié à la question des armes nucléaires, seules armes de destruction massive que le droit international n’a pas encore interdit de façon globale et universelle. Ce symposium offrira l’opportunité de développer la position du Saint-Siège en ce domaine, redisant l’importance du dialogue œcuménique et interreligieux dans la poursuite de la paix, du développement et du désarmement intégral. 

Néanmoins, le désarmement ne concerne pas uniquement l’armement des Etats, «mais tout homme, lequel est appelé à désarmer son propre cœur et être partout au service de la paix», indique le Dicastère pour le service du développement humain intégral, s’appuyant sur la lettre de Benoît XVI à l’occasion du séminaire international organisé par le Conseil pontifical Justice et Paix sur le thème: «Désarmement, Développement et Paix. Perspectives pour un désarmement intégral», en avril 2008.

Tous les participants au symposium seront reçus dans la salle Clémentine du palais apostolique le 10 novembre 2017 à 12h00, par le Pape François.

 (DA)

07/11/2017 11:05