Social:

RSS:

Radio Vatican

La voix du Pape et de l'Eglise en dialogue avec le monde

Autres langues:
Lire l’article Accéder au menu

Monde \ Politique

Donald Trump en Chine pour aborder la question nord-coréenne

Le président américain Donald Trump et son homologue chinois Xi Jinping, le 8 juillet 2017, au sommet du G20 de Hambourg (Allemagne). - REUTERS

08/11/2017 06:30

(RV) Entretien – Après le Japon et la Corée du Sud : la Chine. Donald Trump débute ce mercredi 8 novembre 2017 une visite officielle à Pékin. Cette troisième étape de la tournée asiatique du président américain est sans doute la plus importante. Un an tout juste après son élection, Donald Trump arrive au pays du Soleil levant fragilisé par de mauvais sondages et par les suites de l’enquête sur l’ingérence russe dans sa campagne présidentielle. Son homologue chinois Xi Jinping est lui au contraire en position favorable. Le président chinois est sorti renforcé du récent congrès du Parti communiste chinois, qui l’a reconduit pour cinq ans à la tête du pays.

Plusieurs sujets devraient être au programme des discussions. «Nous allons parler d'échanges commerciaux et nous allons parler bien sûr de Corée du Nord. Il y a beaucoup de bonne volonté sur ce dossier», avait déclaré Donald Trump juste avant de partir pour l’Asie. Face à l’activité économique chinoise dans la région, les États-Unis semblent en retrait depuis l’élection de Donald Trump. Il a notamment décidé de se retirer de l'accord de partenariat transpacifique, un partenariat de libre-échange qui devait lier les États-Unis à onze pays de la zone pacifique. Pékin tente au contraire de proposer son propre traité commercial. Autre sujet épineux: l’expansionnisme chinois en mer de Chine méridionale. Plusieurs alliés asiatiques des États-Unis pressent Washington de défendre leurs intérêts menacés par l’agressivité de Pékin dans cette zone maritime contestée.

Mais c’est évidemment la question nord-coréenne qui retient toute l’attention. Donald Trump espère convaincre Pékin d’adopter un ton encore plus ferme face à Pyongyang, ce qui ne devrait pas être le cas selon Maxime Minne, chercheur à la chaire Raoul-Dandurand de l'université du Québec, à Montréal. Il est interrogé par Samuel Bleynie.

(SBL)

08/11/2017 06:30