Social:

RSS:

Radio Vatican

La voix du Pape et de l'Eglise en dialogue avec le monde

Autres langues:
Lire l’article Accéder au menu

Monde \ Politique

Colombie: l’avenir du cessez-le-feu avec l’ELN en question

Pablo Beltran, le négociateur en chef de la guérilla colombienne ELN. - AFP

10/11/2017 06:30

(RV) Entretien – Le cessez-le-feu entre le gouvernement colombien et l’ELN est-il en danger? Oui, a estimé la guérilla guévariste ce mardi 7 novembre 2017, un peu plus d’un mois après l’entrée en vigueur de la trêve. Les guérilleros critiquent les «actions offensives» de l’armée, l’insuffisante protection des leaders communautaires et des défenseurs des droits ou encore la répression des mouvements sociaux. Ils estiment également que les autorités n’en font pas assez pour «améliorer la situation humanitaire de la populations».

De son côté, le gouvernement critique l’ELN pour avoir détenu puis tué un gouverneur indigène. «Dans cette zone, il y a des dirigeants indigènes qui servent de guides aux patrouilles de l’armée», s’est d’abord défendu le commandant Pablo Beltran, négociateur en chef de la guérilla, pour expliquer l’enlèvement. Concernant l’assassinat qui a suivi, Pablo Beltran évoque un «accident» survenu lorsque l’homme «s’est jeté» sur les guérilleros pour les désarmer.

Malgré ces tensions, Pablo Beltran a promis que l’ELN respecterait le cessez-le-feu jusqu’à son échéance, le 9 janvier. Il n’a cependant pas voulu se prononcer sur la reconduction de la trêve après cette date. Il dit préférer se concentrer sur la réussite de l'accord actuel avant de penser à la suite.

Existe-t-il un réel risque de rupture ou est-ce une coup de bluff pour obtenir des concessions? L’analyse de Frédéric Massé, spécialiste des conflits armés en Colombie.

(SBL)

10/11/2017 06:30